Open Letter By “Humanitarian” Organizations In La Presse Calls For Israel To Be Effectively Defenceless

May 31, 2024

Cliquez ici pour la version française

On May 20, La Presse published an open letter from a group of supposed “humanitarian” organizations that exhibited repulsive moral obtuseness, which called for Canada to halt the export of all arms to Israel.

The letter, signed by Nadja Pollaert, Executive Director of Doctors of the World Canada, along with eight other co-signatories was entitled: “All arms transfers to Israel must stop,” was a mishmash of cherry-picked data which was used to demand that Canada no longer approve the export of materials to Israel, with which the country could defend itself against a genocidal Islamic terrorist group.

Other signatories include Usama Khan, the CEO of Islamic Relief Canada, Lauren Ravon, the Executive Director of Oxfam Canada, and Danny Glenwright, President and CEO of Save the Children Canada.

The signatories said that sending materials to Israel would “pose a substantial risk of serious human rights violations,” referring to Israel’s counter-terrorism operations against Hamas in Gaza, without even attempting to back up that scandalous accusation with any factual evidence.

The authors wrote that “after seven months of fighting that has left nearly 35,000 people dead, many of them women and children,” there must be a “ceasefire in Gaza” they argued.

In a lie that has become so widely-repeated by Hamas, it has become all but sacrosanct for gullible commentators, the singular source for the 35,000 death claim is none other than the terrorist group’s so-called “Gaza Ministry of Health,” for which there is no outside verification, and which does not distinguish between civilians and terrorists, nor those killed in Israeli strikes or by Palestinian rockets.

In fact, roughly half all estimated deaths are Palestinian terrorists, representing a remarkable and unprecedented low civilian casualty ratio that predictably goes entirely ignored by the authors.

Despite the tragic human cost of war, Israel has taken more steps to avoid civilian casualties in Gaza than any military in modern warfare, as noted by John Spencer, the chair of urban warfare studies at the West Point military academy.

But rather than citing such unassailable evidence, the authors instead allowed themselves, and their readers, to be deceived by the disinformation of a habitually-lying terrorist group.

But to the authors, there apparently is no terrorist group in Gaza. At no point in the open was Hamas mentioned or the remaining 130 Israeli hostages kidnapped by Hamas last October, ever uttered a single time, a monstrous omission that renders the entire piece an abhorrent whitewashing of Palestinian terrorism.

The authors wrote that “a complete halt to arms transfers to the parties to the conflict, including Israel, would be an important step towards establishing the conditions for a ceasefire in the current conflict.”

Although the authors failed to muster the courage to name “the parties to the conflict,” it is a meaningless statement, since Canada does not provide arms transfers to Hamas. The terrorist group smuggles in weapons primarily from subterranean tunnels linking Egypt to Gaza, a method which has allowed them to wage nearly 20 years of perpetual war against Israel.

More importantly, regardless of arms sales to Israel, nothing will stop Hamas, a genocidal Islamic death-cult, from pursuing its quest to destroy the Jewish State. All it will do is stop Israel from protecting itself against fanatical jihadists who rape, torture, murder and kidnap. Then again, perhaps making Israel utterly defenseless is exactly the goal of the open letter’s signatories.

Take action now by sending a letter to the editor to La Presse. Send letters to: debats@lapresse.ca


Lettre ouverte d’organisations “humanitaires” dans La Presse appelle Israël à être effectivement sans défense

Le 20 mai, La Presse a publié une lettre ouverte d’un groupe d’organisations prétendument “humanitaires” faisant preuve d’une obtusion morale répugnante, qui demandait au Canada de cesser l’exportation de toutes les armes vers Israël.

La lettre, signée par Nadja Pollaert, directrice exécutive de Médecins du monde Canada, et huit autres cosignataires, était intitulée “Tous les transferts d’armes vers Israël doivent cesser“. Il s’agissait d’un amalgame de données triées sur le volet, utilisées pour exiger que le Canada n’approuve plus l’exportation vers Israël de matériel permettant au pays de se défendre contre un groupe terroriste islamiste génocidaire.

Les autres signataires sont Usama Khan, directeur général d’Islamic Relief Canada, Lauren Ravon, directrice générale d’Oxfam Canada, et Danny Glenwright, président-directeur général de Save the Children Canada.

Les signataires ont déclaré que l’envoi de matériel à Israël “présenterait un risque substantiel de graves violations des droits de l’homme”, en référence aux opérations antiterroristes menées par Israël contre le Hamas à Gaza, sans même tenter d’étayer cette accusation scandaleuse par des preuves factuelles.

Les auteurs ont écrit qu'”après sept mois de combats qui ont fait près de 35 000 morts, dont beaucoup de femmes et d’enfants”, il doit y avoir un “cessez-le-feu à Gaza”.

Dans un mensonge qui a été tellement répété par le Hamas qu’il est devenu sacro-saint pour les commentateurs crédules, la source unique de l’affirmation des 35 000 morts n’est autre que le soi-disant “ministère de la santé de Gaza” du groupe terroriste, pour lequel il n’existe aucune vérification extérieure et qui ne fait pas de distinction entre les civils et les terroristes, ni entre les personnes tuées par les frappes israéliennes et celles tuées par les roquettes palestiniennes.

En fait, près de la moitié des morts estimées sont des terroristes palestiniens, ce qui représente un taux de pertes civiles remarquable et sans précédent, que les auteurs, comme on pouvait s’y attendre, ignorent totalement.

Malgré le coût humain tragique de la guerre, Israël a pris plus de mesures pour éviter les pertes civiles à Gaza que n’importe quelle armée dans la guerre moderne, comme l’a fait remarquer John Spencer, titulaire de la chaire d’études sur la guerre urbaine à l’académie militaire de West Point.

Mais au lieu de citer ces preuves irréfutables, les auteurs se sont laissés abuser, ainsi que leurs lecteurs, par la désinformation d’un groupe terroriste qui a l’habitude de mentir.

Mais pour les auteurs, il n’y a apparemment pas de groupe terroriste à Gaza. À aucun moment, le Hamas n’a été mentionné, pas plus que les 130 otages israéliens enlevés par le Hamas en octobre dernier, une omission monstrueuse qui fait de l’ensemble de l’article un odieux blanchiment du terrorisme palestinien.

Les auteurs ont écrit que “l’arrêt complet des transferts d’armes vers les parties au conflit, y compris Israël, serait un pas important vers l’établissement des conditions d’un cessez-le-feu dans le conflit actuel”.

Bien que les auteurs n’aient pas eu le courage de nommer “les parties au conflit”, il s’agit d’une déclaration vide de sens, puisque le Canada ne fournit pas de transferts d’armes au Hamas. Le groupe terroriste fait passer des armes principalement par des tunnels souterrains reliant l’Égypte à Gaza, une méthode qui lui a permis de mener près de 20 ans de guerre perpétuelle contre Israël.

Plus important encore, quelles que soient les ventes d’armes à Israël, rien n’empêchera le Hamas, un culte de la mort islamique génocidaire, de poursuivre sa quête de destruction de l’État juif. Tout ce qu’elles feront, c’est empêcher Israël de se protéger contre les djihadistes fanatiques qui violent, torturent, assassinent et kidnappent.

Mais peut-être que rendre Israël totalement sans défense est exactement l’objectif des signataires de la lettre ouverte.

Agissez dès maintenant en envoyant une lettre au rédacteur en chef de La Presse. Envoyer les lettres à : debats@lapresse.ca

Comments

You may also like

Send this to a friend