Home Media Action Alerts2012 Top 10 Quebec Media Fails of Israel-Hamas War

Top 10 Quebec Media Fails of Israel-Hamas War

by Mike Fegelman



Top 10 Quebec Media Fails of Israel-Hamas War

See French version below English

A Quebec columnist recently observed that Israel cannot win the battle of images. But with more than 1,600 rockets having bombarded Israel this past year, there are many compelling images to capture in Israel: Images of rockets exploding on kindergartens; of the 42.5% of Israeli children suffering from post-traumatic stress disorder; of the sounds of sirens giving Israelis, young or old, 15 seconds to reach a bomb shelter. Israel can win the battle of images, were it not confronted by a media assault.

Pallywood

Reuters footage of an “injured” Palestinian made the rounds in the international media. In the footage, a beige-jacketed man appears to be injured after an Israeli airstrike in Gaza. The Reuters camera captures him being rescued and carried away, but as the camera continues rolling, he’s seen walking around uninjured several seconds later, having enjoyed a miraculous recovery. This Reuters footage was carried by Radio-Canada in a November 15 report on Gaza. We contacted Radio-Canada with a request for a correction. As they were unable to obtain a satisfactory explanation from Reuters, Radio-Canada attached a warning label to this report:

Rockets? Falling on Israel?

Rocket bombardments of Israel have traditionally elicited scant media attention in Quebec. Yet, at the moment Israel took action to defend its citizens against the escalation of rockets, the remarkable transformation from media apathy to media obsession unfolded as media came to life with extensive media coverage of Operation Pillar of Defense. More than 800 rockets bombarded Israel prior to the recent Israel-Hamas conflict, but only Israel’s response was deemed newsworthy as experts, special correspondents, reporters, journalists and commentators mobilized to document the effect, number, range and consequences of Israel’s sorties in Gaza.

Although Israel’s sorties and Hamas’ missiles were roughly equal in number during the conflict (approximately 1,500), several media such as La Presse Canadienne used loaded terminology, reporting Israel’s “bombardments” versus Hamas’ “several rockets fired” on Israel.

“Israel Threatens the Palestinians” (Radio-Canada Headline)

On November 11, before Operation Pillar of Defence, as Hamas missiles bombarded Israel’s population and a Hamas anti-tank missile provocatively hit an IDF border patrol jeep, more than one million Israeli civilians spent the night in shelters, schools were closed and the population was in shock. Yet, no headline made mention of these facts or of the threat that Hamas posed to Israel.

In contrast, when Israel announced it was considering reacting to the Hamas escalation, Radio-Canada promptly ran the headline: Israel Threatens the Palestinians. Casting Israel as an aggressor, this headline failed to specify the nature of the threat and implied Israel’s enemy were Gazan civilians, rather than the Hamas leadership.

It All Started When Israel Killed Al-Jabari

It did not take long before the media, notably Radio-Canada and Le Devoir, routinely pointed to Israel’s targeted killing of Hamas military chief Al-Jabari as the event that “set things off” (a mis le feu aux poudres). By referring to this event as the catalyst, rather than the response to the barrage of rocket attacks or on Israel, the media pressed the “reset” button and reversed the chronological order of events, making Israel the aggressor.

It Was About the Elections

According to the Israel Defense Forces, Operation Pillar of Defense was launched on November 14, 2012 with two goals: crippling terror organizations in the Gaza Strip, and defending Israeli civilians from the barrage of rocket fire.

But to the many commentators in the Quebec media, Pillar of Defense had only one objective: Netanyahu’s effort to win the upcoming Israeli elections. From La Presse journalist Agnes Gruda to the preponderance of commentators at Radio-Canada, defending Israel from rocket fire was simply a pretext for election considerations, and this conspiracy theory dominated much media coverage of the “why” of Israel’s operation Pillar of Defense.

Death Toll of Terrorists?

With headlines like “Most Deadliest Day of Bombing”, the death toll made no accounting of terrorists. For example, on November 22 a report on Radio-Canada broke down the casualties in three distinct groups: Israelis, Israeli soldiers and Palestinians.

Yet, statistics were available: the IDF estimated that roughly half of the Palestinians killed were terrorists, but our request to Radio-Canada to give a more precise casualty count was rejected.

Moral indignation in the media was centred on the death toll and the disparity between Israeli and Palestinian casualties, with a notable silence on the Hamas war crime of maximizing civilian casualties and Israel’s investment in bomb shelters and missile defense.

Reinforcing the narrative of civilian casualties, La Presse published the “eyewitness” testimony of Harry Fear, who described being witness to “scenes of horror” and to “people are talking about a massacre” in Gaza. While La Presse described him as a “militant”. Fear is no simple eyewitness. He is a known anti-Israel activist who has been caught fabricating to promote his agenda.

Levelling the Moral Playing Field

In addition to making the disproportion of casualties between Israel and Gaza the moral issue, the media omitted to inform that Hamas was in violation of the Geneva Convention: Failure to inform that Hamas deliberately targets civilians and uses hospitals, schools and populated areas to launch rocket attacks.

While the blockade and “the occupation” were proffered as the root cause of Hamas’ grievances, the media consistently failed to report Hamas’ main objective as revealed in the Hamas Covenant: the destruction of Israel and genocide of Jews “wherever they live” (article 7). In so doing, the media facilitated a moral equivalence between Israel and the terrorism it is fighting.

Agnes Gruda: Moral Dissonance

Reporting from a hospital in Gaza, La Presse columnist Agnes Gruda failed to register irony or moral indignation as she reported that Hamas leader Ismail Haniyeh was using a hospital to hide from Israelis. She also remained unruffled as she reported the sounds of rockets firing from the roof of the hospital.

Le Soleil, on Gaza

An infographic on November 24 in Quebec City’s Le Soleil on the Israel-Hamas conflict illustrated the original version of a Haaretz poll which suggested Israelis favor apartheid and other racist attitudes. Yet, Haaretz subsequently published a correction and clarification which declared the poll deeply flawed.  Le Soleil published the original flawed poll, including data that was specifically discredited by Haaretz. We contacted Le Soleil, and provided them with the Haaretz correction. We asked them to issue a correction, however our request has gone unanswered.

Misplaced Moral Indignation

Whether as a result, or in spite of, the unfair media coverage of the Israel-Hamas conflict, the selective opprobrium of Israel made some notable and unfortunate appearances:

  • Innocuous photos of smiling young Israeli soldiers led La Presse journalist Nathalie Petrowski to conclude that Israeli soldiers are “brainless (…) happy to go to war and kill people”. Petrowski also stated  “if they should catch a bullet (…) I hope they will continue to smile”.
  • Radio-host Jacques Faby allowed a listener to praise the Holocaust, and continued a dialogue disparaging Jews. Fabi was suspended for one month without pay by Cogeco Diffusion, which owns 98.5 FM.
  • Pierre Foglia of La Presse vented “rage” that « these last few days, when you see what is happening in Gaza, you became enraged when you hear Israelis say they didn’t start it… ». Too bad Mr. Foglia’s rage does not extend to indiscriminate rocket fire on Israelis.

Although the “winner” of the Israel-Hamas war has yet to be declared, the results of the media’s war on Israel as reflected in the coverage of the conflict are in:  Media: 1, Israel: 0.

Francais

Les 10 Échecs de la Couverture Médiatiques au Québec

Un chroniqueur québécois a récemment affirmé, à tort, qu’Israël n’est pas en mesure de gagner la guerre des images. Pourquoi à tort? Parce qu’avec plus de 1,600 roquettes tirées sur Israël cette année seulement, il ne manque pas de matière convaincante à rapporter et photographier: 42,5%  d’enfants israéliens souffrant de stress post-traumatique; israéliens, jeunes et vieux, disposant de 15 secondes seulement pour atteindre les abris anti-bombes…

Pourtant, la réalité de la vie quotidienne dans le sud d’Israël n’intéresse pas les médias. Israël peut gagner la guerre des images mais elle est confrontée  par l’agression médiatique à laquelle elle est constamment soumise.

Pallywood:

Les images d’un palestinien “blessé”, filmées par Reuters, ont fait le tour des médias internationaux.

Dans cette séquence, on voit, en premier lieu, un palestinien transporté après avoir été apparemment blessé lors d’une attaque aérienne.  Mais, alors que la camera continue de filmer, on peut voir, quelques seconds plus tard, ce même palestinien se déplacer, indemne, suite à une miraculeuse guérison.

Cette même séquence est apparue lors d’un reportage sur Gaza par Radio-Canada. Nous avons donc contacté Radio-Canada qui a par la suite inséré l’avertissement suivant au sujet de cette séquence.

Des roquettes? Tirées sur Israël?

D’une manière générale, les tirs de roquettes sur Israël n’ont jamais suscité le moindre intérêt de la part des médias du Québec.  Mais, dès le début de l’Opération Pilier de Défense, soit au moment où Israël décide de contre-attaquer et défendre ses citoyens contre l’escalade des tirs, l’ensemble de la couverture médiatique passe d’un statut d’apathie totale, à une couverture intensive, voir obsessionnelle.

Spécialistes, correspondants spéciaux, reporters, journalistes et commentateurs furent alors mobilisés afin de documenter le nombre, l’étendue et les conséquences des raids israéliens. Seule la réponse israélienne fut  jugée digne d’intérêt par les medias, et ce, bien que plus les 800 roquettes qui bombardèrent Israël avant même le début de ce récent conflit. Les reportages sur Gaza ont donc pris le dessus.

Bien que le nombre de raids israéliens et celui des roquettes tirées par le Hamas furent à peu près équivalents (environ 1500), les medias parlerent de “bombardements” dans le cas d’Israel mais de “plusieurs tirs de roquettes” dans celui du Hamas dans celui du Hamas; biaisant ainsi la réalité de la situation en cours.

“Israël Menace les Palestiniens” (Titre de Radio-Canada)

Le 11 novembre, soit plusieurs jours avant le début de l’Opération Pilier de Défense, la population israélienne est la cible des tirs, de plus en plus nombreux, du Hamas; un missile antichar frappe une patrouille blessant 4 soldats israéliens; plus d’un million de civils israéliens passent la nuit dans des abris, les écoles sont fermées et la population en état de choc. Pourtant, aucun titre ne fit mention de la menace que le Hamas fait peser sur Israël.

En revanche, dès qu’Israël annonce qu’elle compte se défendre contre le Hamas, Radio-Canada titre immédiatement: “Israel Menace les Palestiniens” Ce titre fit non seulement d’Israël l’agresseur mais omit également de préciser la nature exacte de la menace auquel le pays faisait face en affirmant que le conflit opposait Israél et palestiniens, et non l’état d’Israël contre les dirigeants du Hamas.

Tout a Commencé Après qu’Israël Ait Assassiné Jabari

Plusieurs médias, notamment Le Devoir et Radio-Canada sautent immédiatement sur l’occasion, répétant inlassablement que l’assassinat de Jabari, dirigeant de la branche armée du Hamas, est l’évènement qui  ” a mis le feu aux poudres”. En faisant de cet assassinat l’élément déclencheur du conflit, les médias renversèrent la chronologie évènementielle, mettant encore une fois Israël dans la position de l’agresseur.

C’était à Cause des élections

Selon l’Armée de Défense d’Israël, l’Opération Pilier de Défense, lancée le 14 novembre 2012, a deux objectifs: supprimer les organisations terroristes de la bande de Gaza et défendre les civils israéliens contre les tirs de roquettes.

Mais d’après plusieurs medias et la plupart des commentateurs de Radio-Canada l’Opération Pilier de Défense n’en a qu’un seul: l’action défensive israélienne n’est qu’un
prétexte du gouvernement israélien pour gagner les prochaines élections.

Cette  théorie prétendument sous-jacente aux motifs de l’Opération Pilier de Défense, domina dès lors le « pourquoi » de l’Opération Pilier de Défense.

Et le Nombre de Terroristes Tués?

Des titres comme « Le jour du bombardement le plus meurtrier » omettent d’inclure le nombre de terroristes tués.  Par exemple, Radio-Canada dans un article du 22 novembre dernier, ventile le nombre de victimes en trois groupes distincts : israeliens, soldats israeliens et palestiniens.

Et omet donc de mentionner le nombre de terroristes tués, et ce, même si ces informations sont disponibles (l’Armée de Défense d’Israël, estime que la moitié des victimes palestiniennes sont effectivement des terroristes).

Nous demandèrent donc à Radio-Canada de fournir des données plus précises; demande qui nous fut refusée.

La plupart des medias concentrèrent leur indignation sur le nombre de victimes et sur l’apparente disproportion entre les pertes israéliennes et palestiniennes. En passant sous silence les crimes de guerre du Hamas visant civils israéliens et palestiniens, ils positionnèrent Israël en tant qu’agresseur dont les principales victimes sont des civils.

La Presse publia le temoignage de Harry Fear qui affirme avoir été témoin de « scènes d’horreur » et de « personnes parlant du massacre » à Gaza.  Selon ce quotidien, Fear est un simple « militant ».  Fear est en fait un activiste anti-israélien notoire, reconnu pour avoir été pris en flagrant delit de mensonge.

Equivalence Morale

Les medias ont également omis d’informer leurs audiences du fait que le Hamas transgressait les principes fondamentaux de la Convention de Genève :  Omission d’informer que le Hamas cible des civils et utilise des hôpitaux, des écoles et des zones urbaines pour lancer ses attaques de roquettes. Omission de faire une distinction entre la stratégie du Hamas ciblant des civils, des opérations israéliennes qui ciblaient des objectifs militaires.

Plusieurs medias présentèrent le blocus et « l’occupation » comme étant les principales revendications du Hamas. Le fait que la destruction  de l’état d’Israël et que l’extermination des Juifs « ou qu’ils vivent » (article 7 de la Convention du Hamas) sont les principaux objectifs du Hamas n’a presque jamais été mentionné.

Agnès Gruda: Dissonance Morale

Les propos d’Agnes Gruda, journaliste de La Presse, en reportage dans un hôpital de Gaza, ne sont marqués par aucune ironie ni indignation morale alors qu’elle explique que le chef du Hamas, Ismaël Haniyeh, se cache, de crainte d’être ciblé par Israël, dans un hôpital! Elle est également demeurée imperturbable en faisant part du bruit des missiles tirés à partir du toit de  ce même hôpital.

Le Soleil, Quotidien de la Ville de Québec : Article Sur Gaza

Dans une illustration sur Gaza, le 24 novembre dernier, le Soleil de Québec publie la version originale d’un sondage du Haaretz affirmant que les israéliens étaient en faveur de l’apartheid et autres comportement racistes – sondage que Haaretz discrédita il y a plus d’un mois dans un addendum expliquant pourquoi les résultats en étaient erronés. Malgré cela, Le Soleil publie l’ensemble des données, baisées ou non.

Nous avons donc contacté le journal en leur fournissant les données mises à jour par le Haaretz afin qu’ils publient les corrections nécessaires. Mais notre requête est restée sans réponse. Il semble donc que Le Soleil estime qu’il n’est pas de sa responsabilité de mettre les pendules à l’heure au sujet des calomnies dont les israéliens sont accuses.

Indignation Morale Déplacée

La dénigration sélective de l’état d’Israel a fait quelques apparitions notoires et malheureuses :

  • A la vue de simples photos de jeunes soldats israéliens souriants,  Nathalie Petrowski, journaliste de La Presse, conclu que les soldats israéliens sont «écervelés (…) heureux de partir à la guerre et tuer des gens ». Petrowski ajoute également : «mais si jamais ils devaient tomber sous les balles, j’espère qu’ils continueront de sourire.».
  • Jacques Fabi, animateur de radio, permet à l’un de ses auditeurs de faire l’éloge de l’Holocauste et de poursuivre une conversation dénigrant les Juifs. Cogeco Diffusion, propriétaire du 98,5 FM, a suspendu son animateur pour un mois, sans solde.
  • Pierre Foglia, du quotidien La Presse,  quant à lui, se dit « enragé » :
    « au cours de ces derniers jours, quand on voit ce qui se passe à Gaza, l’on se met en rage lorsqu’on entend les israéliens dire que ce n’est pas eux qui ont commencé… »

Il est fort dommage que l’extrême colère de M. Foglia ne se soit pas étendue  jusqu’aux crimes perpétués par le Hamas.

Il faudra peut-être un certain temps avant que l’on ne connaisse les résultats du conflit entre Israël et Hamas mais l’on peut d’ores-et-déjà affirmer que les médias sont sortis vainqueurs de leur attaque contre Israël : Médias : 1 , Israël : 0.

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link