Home Media Action Alerts2014 Radio-Canada Should Clarify When it Uses “Experts” with an Anti-Israel Agenda

Radio-Canada Should Clarify When it Uses “Experts” with an Anti-Israel Agenda

by Michelle Whiteman
Print Friendly, PDF & Email

French version follows English:

So much for Radio-Canada’s implementation of its Ombudsman’s directive for more accurate and fair reporting on Israel. On February 16, in an episode of Radio-Canada’s current affairs program Tout le Monde en Parle, two so-called objective “experts” on the Middle East were interviewed (watch by clicking here or below) following Minister Chris Alexander’s prior appearance on the show.

Source: SRC

The guests were Rachad Antonius, a frequent Radio-Canada guest whom SRC officially classifies as an “expert” on the Middle East. Mr. Antonius is, however, better known to others as an anti-Israel activist who has never publicly supported a two state solution, accuses Israel of being an “apartheid” country and calls for the boycott of the State of Israel. These facts were not made known to the audience.

The other guest was Yakov Rabkin, a religious anti-zionist who is opposed to a two-state solution and rejects a secular and democratic Israel in favor of a theocratic state reborn with the advent of the Messiah. Yet, Mr. Rabkin’s decidedly undemocratic and fringe views were not made known to the audience as he disguised his agenda in the more palatable language of justice and human rights.

Mr. Antonius claimed as false Minister Chris Alexander’s observation that twenty Arab states do not recognize Israel. Antonius asserted that by virtue of the 2002 Arab peace Initiative, normalization was offered but rejected by Israel. Mr. Antonius omitted to mention the onerous terms for normalization which included the “right of return” of five million Palestinians to Israel proper, the expulsion of over 500,000 settlers from their homes and a retreat to 1967 borders without land swaps. Mr. Antonius also failed to clarify that the other half of the Palestinian leadership, namely the Hamas leadership, did not agree to the Arab Peace Initiative.  In other words, recognition could not even be achieved were Israel to fulfill maximalist Arab demands. Minister Alexander was indeed correct in his assertion that the Arab world currently does not recognize Israel.

Source: SRC

Mr. Antonius also falsely claimed that since the 1993 Oslo Accords, Israel has annexed and increased  control of the territories, giving Palestinians less autonomy. It appears Mr. Antonius must have slept through Israel’s unilateral withdrawal from Gaza in 2005 as well as Israel’s withdrawal from Areas A and B of the West Bank.  Israel neither annexed nor applied Israeli law to the West Bank. While Israel has long maintained that it has potential rights to sovereignty in the West Bank, it has refrained from imposing Israeli law in an attempt to reach a negotiated compromise, first with Jordan, and later with the Palestine Liberation Organization. Furthermore, since the Palestinian Authority took power in 1994, Israeli military control over most of the territories was phased out and Israel transferred virtually all civilian authority in the West Bank to the Palestinian Authority. Israel retained the power to control its own external security and that of its citizens, leaving 98 percent of the Palestinian population in the West Bank under the PA’s authority. The Palestinian Authority thus has its own penal system, central bank, security forces, tax system, and its own media which it daily uses to incite hatred against Israel, rather than prepare its citizens for peace. Roughly four percent of Palestinians and 100% of Jews live in Area C, which is under Israel’s control in accordance with the Oslo Accords. All of the above basic facts, crucial to understanding the conflict, were distorted by both so-called expert guests.

Asked about terrorism and Israel’s security, Radio Canada’s trusted commentator, Mr. Antonius, egregiously defended the use of terrorism: “If you beat someone or steal his house, if you assault someone, you put yourself in danger when the person wants to defend himself”. Of course, this is an unacceptable statement for any credible commentator to make about terrorism. Terrorism is a violent act which targets civilians indiscriminately and for which there is no justification. Furthermore, Hamas and terrorists from the West Bank do not conduct deadly acts against civilians because of Israeli policies, but because of their steadfast and complete opposition to Israel’s very existence. It is for this reason that the terror wave of the 1990’s occurred following the Oslo Accords. It also explains why Gaza became a launching pad for rockets following Israel’s complete withdrawal in 2005, and why the Hamas regime prefers sanctions and blockades to making peace with its neighbor.  Indeed, Fatah’s first terrorist operation took place in 1965, two years before Israel conquered the territories in a defensive war, demonstrating a clear intent to deny Israel’s very existence within any borders.

Mr. Antonius disagrees with the accepted principle of land swaps, in other words, that Israel would retain the Jewishly populated blocs on the West Bank in exchange for land inside Israel. This places him outside mainstream opinion. Mr. Antonius also rejects the recognition of Israel as a Jewish state.

In a letter to Radio-Canada, HRC communicated that the interests of accuracy and fairness demand that Radio-Canada clarify the political positions of Rachad Antonius and Yakov Rabkin in future interviews, rather than present them as objective “experts” on the Middle East. Anything less clearly misleads. 

 

Radio Canada devrait préciser lorsqu’elle fait intervenir des ”experts” qui ont un parti pris contre Israël

C’était l’occasion de mettre en œuvre de la directive de l’ombudsman de Radio-Canada en faveur d’une présentation plus précise et plus juste d’Israël. Hélas, cela n’a pas eu lieu. Le 16 février, dans une émission de Radio-Canada (SRC) intitulée Tout le Monde en Parle, deux soi-disant “experts” objectifs du Moyen-Orient ont été interrogés après l’invitation  du Ministre Chris Alexander la semaine d’avant.

Les invités étaient Rachad Antonius, un invité que la SRC considère officiellement comme un ”expert” sur le Moyen-Orient. Pour d’autres, M. Antonius est connu comme un veteran du lobby arabe canadien et un militant anti-Israël qui n’a jamais soutenu publiquement une solution pour deux états, qui accuse Israël de pratiquer  l’apartheid envers les palestiniens et qui demande le  boycott de l’État d’Israël. Ces éléments de faits n’ont pas été portés à la connaissance des auditeurs.

L’autre invité était Yakov Rabkin, un religieux antisioniste qui ne soutien pas une solution pour deux états et rejette un État Israël laïque et démocratique en faveur d’un État théocratique devant renaître avec l’avènement du Messie. Pourtant, les positions décidément antidémocratiques et en dehors des opinions couramment admises de M. Rabkin n’ont pas été présentées aux auditeurs et Yakov Rabkin a pu enrober ses idées dans un vocabulaire faisant référence aux droits de l’homme.

M. Antonius a réfuté l’observation du Ministre Chris Alexander selon laquelle vingt États arabes ne reconnaissent pas Israël. Antonius a affirmé que lors de l’initiative de paix arabe en 2002, la normalisation des relations a été proposée, mais rejetée par Israël. Il a omis de rappeler les conditions onéreuses pour la normalisation qui comprenait le “droit au retour” de 5 millions Palestiniens en Israël, l’expulsion de plus de 500.000 colons de leurs maisons et un retrait aux lignes de l’armistice de 1949. En plus, M. Antonius n’a pas précisé que le leadership palestinien– le Hamas– n’étaient pas d’accord avec ladite initiative de paix arabe. En d’autres termes, la reconnaissance ne pouvait pas  être obtenue même si Israël acceptait les plus larges exigences arabes. Le Ministre Alexandre avait bien raison de dire qu’actuellement, 20 États arabes ne reconnaissent pas Israël.

M. Antonius déforme les faits. Il a également prétendu à tort que depuis les accords d’Oslo de 1993, Israël a annexé et accru son contrôle sur les territoires, accordant ainsi aux Palestiniens moins d’autonomie. M. Antonius devait être endormi lors du retrait unilatéral d’Israël de la Bande de Gaza en 2005, ainsi que lors du retrait d’Israël de zones A et B de la Cisjordanie. Israël n’a ni annexé ni appliqué la loi israélienne en Cisjordanie. Alors qu’Israël a longtemps maintenu l’existence de droits à la souveraineté en Cisjordanie, Israël s’est abstenu d’imposer la loi israélienne pour tenter de parvenir à un compromis négocié, d’abord avec la Jordanie, puis avec l’Organisation de Libération de la Palestine. Plus encore, depuis que l’Autorité Palestinienne a pris le pouvoir en 1994, le contrôle de l’armée israélienne sur la plupart des territoires a été supprimé et Israël a transféré la quasi-totalité  de l’autorité civile en Cisjordanie à l’Autorité Palestinienne. Israël a conservé le pouvoir de contrôle de sa propre sécurité extérieure et de celle de ses citoyens en laissant 98 % de la population palestinienne en Cisjordanie sous l’autorité de l’Autorité Palestinienne. L’Autorité Palestinienne a donc son propre système pénal, sa banque centrale, ses propres forces de sécurité, son système fiscal  et ses propres médias  utilisés quotidiennement pour inciter à la haine contre Israël  plutôt que pour préparer ses citoyens à la paix. Environ quatre pour cent des palestiniens et 100 % des juifs vivent dans la zone C (placée sous le contrôle d’Israël en conformité avec les Accords d’Oslo). Tous ces éléments de faits sont cruciaux pour comprendre le conflit et ils ont été ignorés par les soi-disant experts.

Interrogé sur le terrorisme et la sécurité d’Israël, le commentateur de Radio-Canada a défendu de manière flagrante l’utilisation du terrorisme. Pour Antonius : “Si vous tabassez quelqu’un ou que vous volez sa maison, si vous agressez quelqu’un, c’est sur que vous aller être en danger si vous agressez quelqu’un et il veut se defender ». Bien entendu, c’est une position inacceptable pour tout commentateur qui se respecte. Le terrorisme est un acte de violence qui vise les civils sans discrimination et pour lequel il n’existe aucune justification. De plus, le Hamas et les terroristes de la Cisjordanie ne procèdent pas à des actes meurtriers contre des civils en raison de la politique israélienne mais en raison de leur opposition ferme et totale à l’existence même d’Israël. C’est pour cette raison que la vague de terreur des années 1990 a eu lieu suite aux Accords d’Oslo. Cela explique aussi pourquoi la Bande de Gaza est devenue une rampe de lancement pour les roquettes après le retrait complet d’Israël en 2005, et pourquoi le régime du Hamas préfère les sanctions et le blocus plutôt que de faire la paix avec son voisin. En effet, la première opération terroriste du Fatah a eu lieu en 1965, soit deux ans avant la conquête par Israël et ”l’occupation” par Israël des territoires dans une guerre défensive, prouvant ainsi leur intention de nier l’existence même d’Israël à l’intérieur de ses frontières.

M. Antonius n’est pas d’accord avec un échange de territoires qui permettrait à Israël de conserver ses grands blocs de colonies en échange d’autres territoires en Israël. Cela le place en dehors de l’opinion couramment admise. En plus, M. Antonius, n’est pas d’accord avec la reconnaissance d’Israël en tant qu’État juif.

Dans une lettre a Radio-Canada, HRC a communiquée a la direction que, dans l’intérêt de l’exactitude et d’équité, Radio- Canada devrait préciser lors de futurs entretiens les positions politiques des ”experts” Yakov Rabkin et Rachad Antonius (comme partisan et organisateur du boycott, par exemple),  plutôt que de les présenter comme des experts objectifs sur le Moyen-Orient. L’absence de clarté induit en erreur.

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link