Home Media Action Alerts2013 Radio-Canada Report Gives a Platform to the Apartheid Libel

Radio-Canada Report Gives a Platform to the Apartheid Libel

by Michelle Whiteman

See French version below

How do anti-Israel libels gain currency? A March 29 Radio-Canada (SRC) report on the program  “Une Heure Sur Terre” offers a clue. In this report by Luc Chartrand the failure of a Palestinian Arab Spring was directly linked with “what Arabs call a policy of Israeli apartheid”.  Evidently unaware that by virtue of the Oslo Accords Israel no longer governs the Palestinians, Chartrand wasted no time setting the tone for what lay ahead: (32 minute mark):

“Hebron, one of the largest Palestinian cities. Its downtown is shuttered. Blocks of shops are closed. Palestinians leave the souk under military surveillance. A handful of Jewish settlers—religious nationalists—established themselves in the city centre in 1967, at the start of the military occupation. Today they number a few hundred. They make the law and are protected by the army. “The settler is the boss here” says a Palestinian Arab. The heart of Hebron, where they built their homes is henceforth reserved just for them. “The heart of the historic city is totally colonized, and there are many forbidden areas, we have no authority in our own city” says an Arab villager.

“Apartheid” testimonials abound from Palestinian villagers and anti-Israel activist Omar Bargouti (“different laws for different citizens is apartheid”) and Alon Liel (“once can indeed say Israel practices apartheid”) ….

Zlaika must now access her house through a neighbor’s because the IDF closed her access…

This is their Arab Spring.”

Three words — The Hebron Protocols—would have obviated the need to proceed with this flawed report. For under the Wye Accord between Israel and the Palestinian Authority in 1997, Hebron was disproportionately partitioned into an overwhelmingly large Palestinian sector and a tiny Jewish sector. Although the Accords stipulated that Hebron would remain a city open to all, Jews only have access to approximately 3% of the city and are forbidden from entering 100% of the Palestinian sector. On the other hand, with access to 97% of the city, Palestinians are permitted to enter the Israeli-controlled side and 30,000 Palestinians currently live there. Even within the Israeli-controlled sector, a number of places are off-limits to Jews but accessible to Arabs, such as the Casba. Only one kilometer of Hebron, for security reasons, is off-limits to Arabs. The closed perimeter followed the terrorist outbreak of the second intifada in 2000 which claimed the lives of many Israelis like ten month old Shalhevet Pass who was shot in the forehead by a Palestinian sniper while nestled in her mother’s arms. It is this one kilometer long closed zone that Radio-Canada would have viewers believe constitute Israeli “apartheid”.

The Palestinian sector and especially the Palestinian commercial zone have flourished tremendously thanks to generous European, Asian and Arab funding. The Arab sector has 3 universities and 4 hospitals. With 17, 000 factories and workshops, its thriving industrial centre drives 40% of the Palestinian economy. This commercial zone is not, as misleadingly reported, in the tiny heart of the old Jewish sector and ‘taken over by settlers’. It is, however, closed to Jews as well.

Indeed, this report makes no reference to the Palestinian intolerance of any Jewish presence in Hebron. Arabs who sells property to Jews, for example, are guilty of a capital crime under Palestinian Authority law and are executed. Neither does the report address the necessity of an IDF presence to ensure the safety of the tiny Jewish community and their right to live in Hebron and worship at their religious sites. For the hostile Palestinian Arab population, Hebron’s ninety Jewish families are ninety too many. This report makes no reference to the history of Arab aggression, massacres and terrorist attacks which have traumatized and twice liquidated the Hebron Jewish community in the last century.

Rather than take note of important historical context, Radio-Canada further delegitimizes Hebron’s Jewish community by casting them as usurpers who “established themselves in Hebron in 1967”.  Except that Hebron is home to the world’s oldest Jewish community. Hebron’s Jews were recognized even by Arafat and the PLO who accepted the legitimacy of a Jewish presence in Hebron when they signed the 1997 Hebron Accords. Far from usurpers, Israel’s victory in 1967 secured the return to Hebron of the Jewish community and rolled back the apartheid policies of Jordan which forbade Jews from living and worshipping in Hebron between 1949-1967. The Jordanian apartheid occupation was preceded by the Islamist apartheid policy earlier in the century which, in 1929, culminated in the riots and massacre of 67 Jews. The property owned by Jews prior to the massacre has not yet been returned to the Jewish Community. Today, the Jews of Hebron face a similarly hostile population.

In this report, which repeatedly aired allegations of apartheid by Hebron Arabs and various activists and detractors, Chartrand aired a brief clip of NGO Monitor director Gerald Steinberg for ‘balance’, a lonely denial at the end of a long indictment. However, while the clip addressed the hypocrisy of singling Israel out for opprobrium, it did not address the substance of the apartheid claim. Contacted by HRC, Mr. Steinberg confirmed he was interviewed on camera for at least 30 minutes and “refuted the apartheid campaign at length”. Yet, in this 8 minute report, no meaningful refutation of the substance of the apartheid libel was aired. Where is the balance?

Apartheid indeed exists in Hebron. As Palestinian president Mahmood Abbas stated: “We have frankly said, and always will say: If there is an independent Palestinian state with Jerusalem as its capital, we won’t agree to the presence of one Israeli in it”. On the other hand, Arabs comprise 20% of the Israeli population.

HonestReporting Canada communicated our concerns directly to SRC about this report, noting how troubling it is when reporters give credence to demonstrably false Israeli “apartheid” libels and fail to report the real Arab apartheid which can hardly escape notice. Is the line between objective journalism and political activism getting thin at Radio-Canada?

Francais

Un reportage de Radio-Canada crédibilise les diffamations d’apartheid

Comment les diffamations anti-israéliennes acquièrent-en-elles en crédibilité? Le 29 mars dernier, Radio-Canada nous en a fourni un excellent exemple. D’après ce reportage de Luc Chartrand, l’échec du printemps arabo-palestinien est la conséquence directe de ce que les « Arabes appellent la politique d’apartheid israélienne».  Ignorant de toute évidence qu’en vertu des Accords d’Oslo, l’état d’Israël ne gouverne pas les Palestiniens, Chartrand n’a pas hésité à multiplier les affirmations qui vont à l’encontre même de la réalité historique :

Hébron. Une des plus grandes villes palestiniennes. Son centre-ville est cadenassé. Les commerces sont fermés sur des rues entières. Les palestiniens sortent du vieux souk sous la surveillance des soldats. Une poignée de colons juifs, des nationalistes religieux, se sont établis en plein centre-ville en 1967, au début de l’occupation militaire israélienne. Ils sont aujourd’hui quelques centaines .Ils y font la loi, protégés par l’armée. « Ici, c’est le colon qui mène ». Le cœur d’Hébron, où ils ont construit leurs logements leur est désormais  réservé. Même l’administration municipale palestinienne n’y a plus accès. « Le cœur de la ville historique est totalement colonisé, et il y a beaucoup de zones interdites. Nous n’avons pas l’autorité dans notre ville. »

Temoignages d’ »apartheid » des Palestiniens de Hebron et d’Omar Bargouti («  des lois différentes pour différents citoyens…c’est l’apartheid ») et d’Alon Liel: « La discrimination a atteint un tel niveau que ce ne peut être que de l’apartheid ».

Zlaika doit maintenant accéder à sa maison par un voisin parce que l’armée israélienne a fermé son accès …

C’est leur Printemps arabe ».

Trois mots – le protocole d’Hébron – auraient permis de ne pas biaiser ce reportage. En effet, bien que cet accord stipule que la ville d’Hébron demeurerait ouverte à tous, la population juive n’a aujourd’hui accès qu’à 3% du territoire et est interdite d’accès à la totalité (100%) du secteur palestinien. En revanche, aucune restriction ne s’applique aux Palestiniens. Ces derniers sont libres d’entrer dans la zone contrôlée par Israël et 30,000 d’entre eux y vivent actuellement. Même dans la partie sous contrôle israélien, certains endroits, comme la Casbah, sont défendus aux Juifs mais ouverts aux Arabes. Un seul kilomètre est interdit aux Arabes, et ce, pour des raisons de sécurité misent en place en 2000 suite à la deuxième Intifada qui a coûté la vie de nombreux Israéliens comme Shalhevet Pass, bébé de 10 mois tuée dans les bras de sa mère d’une balle au front par un palestinien. Ceux sont ces zones de sécurité qui, tel que Radio-Canada veut le faire croire aux téléspectateurs, constituent l’« apartheid ».

Contrairement au secteur juif, le secteur palestinien est actif et développé grâce à d’importants investissements européens, asiatiques et arabes. Il compte également 3 universités et 4 hôpitaux. Avec 17,000 usines et ateliers, son centre industriel est prospère et contribue à 40% de l’économie palestinienne. Cette zone industrielle n’est pas, contrairement à ce qu’affirme la SRC, située dans le minuscule secteur juif « contrôlé par les colons ».  En réalité, les Juifs y sont interdits.

Ce reportage ne dit pas que les Juifs ne sont pas tolérés dans la ville d’Hébron : ainsi, selon la loi de l’Autorité palestiniennes, les Arabes qui osent vendre des biens immobiliers aux Juifs sont condamnés à la peine de mort et exécutés.  Il ne mentionne pas que la petite communauté juive de la ville ne pourrait vivre en sécurité sans la présence de Tsahal ni qu’elle vit au milieu d’une population arabo-palestinienne hostile pour qui 90 familles juives sont 90 familles juives de trop. Il ne fait aucune référence à l’histoire des agressions arabes, aux massacres et aux attentats qui ont anéanti, à deux reprises au siècle dernier, l’ensemble de la communauté juive de Hébron.

Au lieu de mettre les choses en perspective en tenant compte de leur contexte historique, Radio-Canada discrédite encore davantage les Juifs d’Hébron en les présentant comme des usurpateurs ” établis à Hébron en 1967″.  Or, la communauté juive d’Hébron est la plus ancienne au monde. Ce fait même a d’ailleurs était reconnu par Arafat et l’OLP qui ont confirmé la légitimité de la présence juive lors de la signature en 1997 des Accords d’Hébron. La victoire israélienne de 1967 a non seulement permis à la communauté juive d’y retourner mais a également annuler la politique d’apartheid mise en place par la Jordanie entre 1949 et1967 interdisant aux Juifs d’y vivre ou d’y venir en pèlerinage.  L’apartheid jordanien fut précédé par une politique d’apartheid islamiste qui, en 1929, a conduit à de nombreuses révoltes et au massacre de 67 Juifs. Les propriétés volées aux Juifs avant ce massacre n’ont d’ailleurs toujours pas été rendues à la communauté juive. Les Juifs d’Hébron sont, encore aujourd’hui, soumis à l’hostilité de la population palestinienne.

Dans ce reportage qui tient à de nombreuses reprises des propos diffamatoires concernant l’existence d’une politique d’apartheid à Hébron, M. Chartrand a cru remplir son devoir « d’équilibre des faits » en incluant une bref entrevue avec le directeur de NGO Monitor, Gerald Steinberg. Cependant, si cette entrevue illustre l’hypocrisie de caractériser l’état d’Israël par l’ « ignominie » de ses actions, il ne remet pas en question les accusations d’apartheid.

Contacté par HRC, M. Steinberg confirme qu’au cours de cette entrevue de 30 minutes il a, à de nombreuses reprises « démenti l’existence d’une politique d’apartheid ». Pourtant, tout au long des 8 minutes du reportage, aucun démenti n’a été cité, faisant en sorte que les téléspectateurs n’ont pu juger de l’aberration d’une telle accusation. Peut-on réellement parler d’équilibre?

L’apartheid existe bien à Hébron. Le président palestinien, Mahmoud Abbas le confirme: «Nous avons dit franchement et dirons toujours: s’il y a un État palestinien indépendant avec Jérusalem pour capitale, nous n’y accepterons jamais la présence d’israéliens”.

HonestReporting Canada a communiqué à Radio-Canada nos préoccupations sur ce reportage ainsi que le fait qu’il est troublant de constater que des journalistes donnent de la crédibilité à de telles diffamations  et négligent d’évoquer l’apartheid  arabe dont on ne peut nier l’existence. La distinction entre journalisme objectif et activisme politique est-elle en train de disparaitre chez Radio-Canada ?

Comments

comments

You may also like

1 comment

Anonymous April 19, 2013 - 5:31 pm

CBC repeatedly foments falsehoods with such regularity it is obvious that its policies are not driven by facts but rather by an acrimonious and irresponsible anti-Israel bias.

Reply

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link