Home Media Action Alerts2020 Quebec Science Magazine Publishes Pro-Palestinian Propaganda – Receives Public Funding

Quebec Science Magazine Publishes Pro-Palestinian Propaganda – Receives Public Funding

by Mike Fegelman
Print Friendly, PDF & Email

La version française suit

Under the incendiary headline: “Science Under Occupation,” the French-language Quebec Science magazine produced feature-length coverage in its March edition claiming that due to Israeli “power cuts, curfews, and obstructed travel to the Palestinian territories, that Palestinian scientists are forced to conduct their research in very trying and difficult conditions, with colleagues thousands of kilometers away in Quebec, supporting them as best they can.”

Quebec Science devoted a 6-page spread by author Melissa Guillemette that almost completely ignored Israel’s legitimate security concerns and absolved Palestinian leaders of any agency in bettering their living conditions and building necessary institutions for statehood.

(HonestReporting Canada has procured a translation of this article into English and both versions can be found online in English here or French here.)

Importantly, Quebec Science acknowledges that it receives public funding from the Province of Quebec, the Government of Canada and the FQJI (the Quebec Fund of International Journalism). Quebec Science acknowledges that this article received funding from the FQJI.

As to the article itself, it failed to mention that Israel has in the past cut power to the Gaza Strip at the request of Palestinian President Mahmoud Abbas who in the past had asked Israel to cut back electricity supply to the enclave. In an effort to apply pressure on his political rivals, the Hamas terror group that has ruled Gaza for the past thirteen years, Abbas made this request saying he will no longer pay the bill for Hamas anymore.

As to curfews imposed and alleged obstructed travel, the article failed to provide adequate context about the very serious security concerns Israel faces on a daily basis due to Palestinian terror that requires a robust security posture and defensive measures like the security barrier (described several times in this article as a “separation wall”) along with the security blockade of Gaza and various checkpoints throughout the region.

In just the past few weeks alone:

It’s especially troubling that no pro-Israel sources were quoted in this article, not one. Nor was there any coverage provided detailing how Israel is on the vanguard conducting research in science, medicine, and life science technology and innovation.

Palestinian universities in the 1970’s were described in this article as “places of resistance”. Of course, the term “resistance,” as it’s appropriated in the Palestinian lexicon, is a euphemism for perpetrating terror attacks against innocent Israelis.

Other offensive aspects of this article includes this spurious claim that has no foundation: “Between 2000 and 2017, the budgetary cost of the Israeli occupation to the Palestinian people was estimated at US $ 47.7 billion, according to a report by the United Nations Conference on Trade and Development.”

The author also claimed that: “Washington declared that it no longer considered the Jewish settlements to be illegal (around 600,000 Israelis live in these cities built in the West Bank and in East Jerusalem and that violates the international law, according to the Geneva Conventions of 1949).”

No mention was made that Israel has religious, ancestral, and legal rights to these lands, including Judea and Samaria and that Israel came to possess these lands in a war of self-defense waged by pan-Arab aggressors who tried to wipe Israel from the map. Israel disputes the claim that it’s an “occupier” and that the settlements are “illegal” for the aforementioned reasons and as there was no sovereign ruler of these lands.

The author quotes the Palestinian Authority’s Education Minister, Marwan Awartani, saying “We lost our territory in 1948 and we were made refugees more than once.” Of course, the Palestinians never had sovereignty over any lands at the time.

In what can only be described as historical revisionism, various “highlights” of the “Israeli-Palestinian conflict” are myopically listed by the author. For example:

      • 1948. The State of Israel is created. The first Arab-Israeli war pitted the new state against its neighbours until 1949. Israel won: the “green line”, the line at the heart of the armistice agreement, enlarged its territory. Between 1947 and 1949, approximately 800,000 Palestinians were forced to leave their homes.
      • 1967. Six Day War, at the end of which the Israeli territory is multiplied by four; occupation of the Palestinian territories begins. There are 300,000 new refugees.
      • 1987. Beginning of the first intifada, an uprising of the Palestinian population
      • 2000. Beginning of the second intifada, which lasts until 2006.

No mention was made that in 1948, combined Arab armies rejected the Partition Plan and elected to try to exterminate the nascent Jewish state, an act which prompted the displacement of Palestinian-Arab refugees, many who fled at the behest of marauding Arab armies. No mention was made that 850,000 Jews were ethnically cleansed from Arab and Muslim lands and that from1948-1967, Egypt controlled the Gaza Strip and Jordan controlled the west bank and eastern Jerusalem.

No mention was made that the Six Day War was again an act of aggression against Israel by various Arab countries seeking to purge Israel from the region. Israel acquired Judea and Samaria, east Jerusalem, and Gaza (which it disengaged from in 2005).

The first and second intifadas saw over 1,000 Israelis murdered and several thousand more maimed in suicide bombings, bus bombings, shooting rampages and stabbing attacks carried out by Palestinian terrorists. Why was this context completely ignored and portrayed only as a simple “uprising”?

It’s alarming that a Magazine that receives public funding at the provincial and federal level produced pro-Palestinian propaganda and anti-Israel content. Please file a complaint directly with Quebec Science magazine at: courrier@quebecscience.qc.ca.

Québec-Science publie une propagande pro-palestinienne et reçoit du financement public

Sous le titre incendiaire: «Science sous occupation», le magazine québécois scientifique de langue française a publié un article de fond dans son édition de mars affirmant qu’en raison des «coupures d’électricité, couvre-feu, déplacements entravés: les scientifiques palestiniens mènent leurs recherches dans des conditions éprouvantes avec des collègues, à des milliers de kilomètres, au Québec, les appuyant du mieux qu’ils peuvent. »

Québec Science a consacré un article de six pages de l’auteure Melissa Guillemette qui a presque complètement ignoré les préoccupations légitimes d’Israël en matière de sécurité et a exonéré les dirigeants palestiniens de toute agence pour améliorer leurs conditions de vie et construire les institutions nécessaires à la création d’un État.

(HonestReporting Canada a obtenu une traduction de cet article en anglais et les deux versions peuvent être consultées en ligne en anglais ici ou en français ici.)

Fait important, Québec Science reconnaît qu’elle reçoit un financement public de la province de Québec, du gouvernement du Canada et du FQJI (Fonds québécois de journalisme international). Québec Science reconnaît que cet article a reçu un financement de la FQJI.

Quant à l’article lui-même, il n’a jamais mentionné qu’Israël avait, par le passé, coupé l’alimentation de la bande de Gaza à la demande du président palestinien Mahmoud Abbas qui, par le passé, avait lui-même demandé à Israël de couper l’alimentation électrique de l’enclave. Dans un effort pour faire pression sur ses rivaux politiques, le groupe terroriste du Hamas qui a dirigé Gaza pendant les treize dernières années, Abbas a fait cette demande en disant qu’il ne paierait plus la facture du Hamas.

En ce qui concerne les couvre-feux imposés et les déplacements supposément bloqués, l’article n’a pas fourni de contexte adéquat sur les très graves problèmes de sécurité auxquels Israël est confronté quotidiennement en raison de la terreur palestinienne qui nécessite une posture de sécurité robuste et des mesures défensives comme la barrière de sécurité (décrite plusieurs fois dans cet article comme un «mur de séparation») ainsi que le blocus sécuritaire de Gaza et de divers postes de contrôle dans toute la région.

Dans les dernières semaines seulement:

Il est particulièrement troublant qu’aucune source pro-israélienne n’ait été citée dans cet article, pas une. Aucune couverture n’a été fournie non plus détaillant comment Israël est à l’avant-garde dans la recherche en science, médecine, et dans les technologies et les innovations en sciences de la vie.

Les universités palestiniennes des années 1970 étaient décrites dans cet article comme des «lieux de résistance». Bien sûr, le terme «résistance», tel qu’il est approprié dans le lexique palestinien, est un euphémisme pour perpétrer des attaques terroristes contre des Israéliens innocents.

D’autres aspects offensifs de cet article incluent cette fausse affirmation qui n’a aucun fondement: «Entre 2000 et 2017, le coût budgétaire de l’occupation israélienne pour le peuple palestinien a été estimé à 47,7 milliards de dollars américains, selon un rapport de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement.»

L’auteur a également affirmé que: «Washington a déclaré ne plus considérer les colonies juives comme illégales (environ 600 000 Israéliens vivent dans ces villes construites en Cisjordanie et à Jérusalem-Est et cela viole le droit international, selon les Conventions de Genève de 1949).»

Aucune mention n’a été faite qu’Israël a des droits religieux, ancestraux et légaux sur ces terres, y compris la Judée et la Samarie, et qu’Israël en est venu à posséder ces terres dans une guerre d’autodéfense menée par des agresseurs de la coalition guerrière pan-arabe qui ont tenté de rayer Israël de la carte. Israël conteste l’affirmation selon laquelle il s’agit d’un “occupant” et que les colonies sont “illégales” pour les raisons susmentionnées et qu’il n’y avait pas de souverain souverain de ces terres.

L’auteur cite le ministre de l’Éducation de l’Autorité palestinienne, Marwan Awartani, qui a déclaré: «Nous avons perdu notre territoire en 1948 et nous avons été faits réfugiés plus d’une fois.» Bien sûr, les Palestiniens n’avaient à l’époque aucune souveraineté sur aucune terre.

Dans ce qui ne peut être décrit que comme du révisionnisme historique, divers «faits saillants» du «conflit israélo-palestinien» sont énumérés de manière myope par l’auteur. Par exemple:

      • L’État d’Israël est créé. La première guerre israélo-arabe oppose le nouvel État à ses voisins jusqu’en 1949. Israël gagne: la «ligne verte», le tracé au coeur de l’accord armistice, agrandit son territoire. Entre 1947 et 1949, environ 800 000 Palestiniens sont forcés de quitter leur maison.
      • Guerre des Six Jours, au terme de laquelle le territoire israélien est multiplié par quatre; l’occupation des territoires palestiniens commence. On dénombre 300 000 nouveaux réfugiés.
      • Début de la première intifada, un soulèvement de la population palestinienne.
      • Début de la seconde intifada, qui dure jusqu’en 2006.

Aucune mention n’a été faite qu’en 1948, les armées arabes combinées ont rejeté le plan de partition et ont choisi d’essayer d’exterminer l’État juif naissant, un acte qui a provoqué le déplacement des réfugiés palestino-arabes, dont beaucoup ont fui à la demande des armées arabes en maraude. Aucune mention n’a été faite que 850 000 Juifs ont subit un nettoyage ethnique des terres arabes et musulmanes et que de 1948 à 1967, l’Égypte contrôlait la bande de Gaza et la Jordanie contrôlait la rive ouest et Jérusalem-Est.

Aucune mention n’a été faite que la guerre des Six jours était à nouveau un acte d’agression contre Israël par divers pays arabes cherchant à purger Israël de la région. Israël a acquis la Judée-Samarie, Jérusalem-Est et Gaza (dont il s’est désengagé en 2005).

Les première et deuxième intifadas ont vu plus de 1 000 Israéliens assassinés et plusieurs milliers d’autres mutilés par des attentats-suicides, des attentats en autobus, des tirs de saccage et des attaques à coups de couteau perpétrés par des terroristes palestiniens. Pourquoi ce contexte a-t-il été complètement ignoré et décrit uniquement comme un simple «soulèvement»?

Il est alarmant de constater qu’un magazine qui reçoit des fonds publics au niveau provincial et fédéral ait produit de la propagande pro-palestinienne et du contenu anti-israélien. Veuillez déposer une plainte directement auprès du magazine Québec Science à courrier@quebecscience.qc.ca.

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link