Home Daily Brief Prominent Coverage of Radio-Canada's Validation of “Political Prisoners” for Palestinian Terrorists

Prominent Coverage of Radio-Canada's Validation of “Political Prisoners” for Palestinian Terrorists

by Michelle Whiteman

Prominent media coverage followed the release of a joint statement by HRC and CIJA Quebec this week regarding a Radio-Canada Ombudsman ruling which concluded that one can “reasonably use the term ‘political prisoner’ to describe prisoners who have committed or planned acts of violence for political ends”. This SRC decision regrettably set a precedent for legitimizing the description of convicted Palestinian and other terrorists as “political prisoners”.

The National Post, in an editorial published on May 15 entitled “Radio-Canada’s Anti-Israel Bias”, criticized Radio-Canada’s problematic reporting by Middle East journalist Ginette Lamarche and Radio-Canada’s assimilating “political prisoners” to  terrorists. This National Post editorial followed on the heels of Post columnist Barbara Kay’s article entitled “Radio-Canada Shrugs at Repeated Rebukes Over Anti-Israel Bias”French coverage also included Le Journal de Montréal columnist Lise Ravary’s article “Richard Bain: Political Prisoner?”. The Canadian Jewish News also gave prominent coverage in an article entitled: “Pro-Israel Groups incensed by Radio-Canada’s Mideast reporting”.  All articles can be found appended below.

National Post: Barbara Kay: “Radio-Canada Shrugs at Repeated Rebukes Over Anti-Israel Bias” (May 13, 2013)

Radio-Canada is just not that into Israel. No matter how many complaints are levelled at it for bias in reporting on the Middle East, it doesn’t seem to make an impression that involves meaningful consequences.

On May 8 HonestReporting Canada (HRC), which monitors the media for anti-Israel bias, and the Centre for Israel and Jewish Affairs (CIJA) wrote to Radio-Canada, complaining of ombudsman Pierre Tourangeau’s validation of reporter Ginette Lamarche’s multiple references last autumn to “political prisoners” in describing Palestinian criminals held in Israeli jails.

The words “political prisoners,” as we understand them here in the West, suggest that Israel imprisons people for their opinions or political activism.  But unlike anywhere else in the Middle East, freedom of expression and association are protected rights in Israel. Nowhere in the Israeli penal code are opinions or political activities listed as crimes and no one in Israel is ever deprived of their liberty for that reason.

In fact, according to HRC, Palestinian prisoners in Israeli jails “have committed or planned acts of violence for political purposes.” For example, one of the so-called “political prisoners” Lamarche referred to was the recently diseased (of cancer) Maisara Abu Hamiyeh, who was serving a life term since his attempted bombing of a café in Israel in 2002.

Lamarche was rebuked for commenting on the length of Hamiyeh’s sentence, but failing to report the nature of the crime he had been sentenced for. But in defending Lamarche’s use of the term “political prisoners” in general to describe criminals and terrorists, Radio-Canada pointed out that Israel admits to practising “administrative detention,” which Radio-Canada seems to believe is illegal or immoral and therefore justifies the use of the term.

But, as HRC Quebec director Michelle Whiteman pointed out in the letter, administrative detention is a perfectly legal practice – and common to other western countries – “pursuant to articles 78 and 64 of the Fourth Geneva Convention of 1949.”

Illegal immigrants, for one example, may be detained under this rubric in many countries, and for another here in Canada suspicion of terror can lead to administrative detention. Neither of these categories warrants the description of political prisoner. Whiteman says “Radio-Canada thus absurdly argues that the instrument of humanitarian law which permits the practise of administrative detention is evidence of its violation. This is nonsensical.”

The ombudsman’s willed commingling of actual criminals with garden-variety protesters and activists sets a bad precedent

If HRC accusations are valid, Radio-Canada seems to be taking its definitions from politically-driven, anti-Israel organizations that base their definitions on political determinations with no legal standing. And it is understandable that terrorist elements in the Palestinian Authority consider its would-be and actual terrorists political prisoners, because they glorify violence in political causes. But their standards should not be Radio-Canada’s standards.

The ombudsman’s willed commingling of actual criminals with garden-variety protesters and activists sets a bad precedent. Misdirection in reporting and language corruption as a means of mainstreaming anti-Israel sentiment — Israel as an “apartheid” nation being the most notable and successfully peddled myth — are the strategies of anti-Zionists bent on demonizing and delegitimating Israel. Rabid anti-Zionists will welcome the ombudsman’s review with delight.

Will HRC’s and CIJA’s clearly justified grievance have any effect? One can be forgiven for skepticism when one considers that Lamarche has been rebuked ten times in the past two years.

The CBC used to show a great deal of bias against Israel in its reportage, but eventually could not ignore the barrage of criticism its skewed reportage attracted. Eventually Neil Macdonald, Lamarche’s soul brother at the CBC, was withdrawn from the Middle East.

Even cats only have nine lives. Radio-Canada should take Lamarche off the Middle East file and do some honest soul-searching about its journalistic integrity where Israel is concerned. But so far Radio-Canada has not even bothered to respond to this complaint.

Le Journal de Montreal: Lise Ravary: “Richard Bain, prisonnier politique?” (May 14, 2013)

Qu’est-ce qui arrive à une journaliste de Radio-Canada blâmée dix fois en deux ans pour non-respect des Normes et pratiques journalistiques de la société d’État ?

La réponse ? Rien du tout. On la laisse tranquillement terminer son mandat de correspondante dans une superbe ville ultra branchée en bord de mer.

Pas de la petite bière, ce qu’on lui reproche. L’ombudsman de Radio-Canada, un journaliste de renom, parle d’apparence de partialité, d’inexactitudes et d’un cas démontré de fausse citation. Il invite même la direction de l’information de Radio-Canada à avoir une discussion de fond avec la journaliste sur ses ‘jugements et constats’. Ouch.

Je ne sais pas si la rencontre a eu lieu mais la correspondante en question vient de plonger la société d’État à nouveau dans l’embarras.

Qu’est-ce qu’un prisonnier politique ?

En 2011, cette journaliste a utilisé le terme ‘prisonnier politique’ pour décrire un individu à la tête d’un groupe terroriste reconnu, incarcéré après avoir été trouvé coupable  d’avoir commandité l’assassinat d’un ministre au sein d’un gouvernement démocratique. Nouveau blâme de l’ombudsman. Mais qu’à cela ne tienne, en 2012 et 2013, elle récidive. À quatre reprises. C’est dans ce contexte qu’elle a récolté son dixième blâme.

Dans tous les cas, il s’agissait de prisonniers qui avaient été jugés de crimes reconnus par la communauté internationale et dans les règles de droit les plus strictes. Avec possibilité d’appel devant une cour suprême. Pas de prisonniers ‘oubliés’, comme ceux qui croupissent à Guantanamo Bay.

Personne ne s’entend sur une définition universelle de ‘prisonnier politique’ mais les organismes sérieux, dont le Conseil de l’Europe, excluent d’office les individus trouvés coupables de crimes terroristes. C’était le cas aussi à Radio-Canada, jusqu’à maintenant.

Une recherche dans les archives de la société d’État démontre que l’expression ‘prisonnier politique’ n’a jamais été utilisée dans le contexte d’actes terroristes au cours des cinq dernières années, sauf par cette journaliste.

Mais en rendant sa dernière décision, l’ombudsman, qui, jusqu’à ce jour a fait preuve de courage et de diligence dans ce dossier, a écrit une chose fort étrange : ‘J’estime donc qu’on peut raisonnablement (mes italiques) employer le vocable ‘prisonnier politique’ pour décrire des détenus qui ont commis ou planifié des actes violents à des fins politiques.’

Si on se réfère à cette absurde estimation, Richard Bain serait un prisonnier politique. Paul Rose était un prisonnier politique. Le terroriste international Carlos est un prisonnier politique. Jahar Tsarnaev de Boston est un prisonnier politique. Sans oublier les présumés instigateurs du complot pour faire exploser un train de VIA Rail.

Le biais gauchiste et souverainiste de Radio-Canada dans sa couverture de l’actualité québécoise et canadienne n’est plus à démontrer. Fort heureusement, il existe plusieurs autres sources d’information pour équilibrer le discours. Mais quand il s’agit d’expliquer en français, et dans une perspective canadienne, ce qui se passe ailleurs dans le monde, les sources se raréfient. Seule Radio-Canada a les moyens, et le mandat, de maintenir un coûteux réseau de correspondants à l’étranger.

Nous méritons mieux, surtout lorsqu’il s’agit de faire la lumière sur un des conflits les plus complexes et névralgiques de l’histoire contemporaine.

Qui est donc cette journaliste ?

La journaliste dont il est question depuis le début se nomme Ginette Lamarche. Entrée à Radio-Canada en 1976, elle couvre le Moyen-Orient à partir de son bureau de Tel Aviv. Il s’agit donc d’une journaliste d’expérience. Comment alors expliquer qu’elle a été l’objet de si nombreux blâmes de la part de son propre employeur depuis son arrivée en Israël en 2011 ? Pour paraphraser la juge Charbonneau, madame Lamarche est-elle incompétente ou biaisée ?

Si Radio-Canada proposait une couverture ouvertement pro Israël du conflit tragique avec les Palestiniens, cela serait tout aussi exécrable. Mais ça n’arrivera jamais. Les erreurs se font toujours dans le même sens à Radio-Canada. Jamais on ne détectera la moindre molécule d’un biais fédéraliste, ou pro-États-Unis, ou anti-carrés rouges, ou la moindre trace de climato-scepticisme chez le diffuseur national. C’est comme ça.

Mais en validant l’expression ‘prisonnier politique’ pour décrire des terroristes emprisonnés après avoir été jugés de manière rigoureuse et impartiale dans un état de droit, Radio-Canada dépasse les bornes.

On nous avait pourtant laissé entendre que l’arrivée d’un nouveau patron à l’information, Michel Cormier, allait mettre un terme à ces folies. J’ai l’impression que les biais idéologiques radio-canadiens sont coulés dans le béton des fondations de la tour du boulevard René-Lévesque.

Rien de nouveau

Écrire cette chronique m’a ramenée 15 ans en arrière, au matin du 50e anniversaire de la création de l’État d’Israël, quand j’ai entendu un journaliste de Radio-Canada dire en ondes : ‘il y a 50 ans aujourd’hui, les Juifs envahissaient la Palestine.’ Je vais vous épargner la version longue du cours d’histoire, mais les seules armées qui ont envahi la Palestine en 1948 portaient les couleurs de l’Égypte, de la Syrie, de l’Iraq et de la Jordanie. C’est dans tous les livres d’histoire. Même ceux du Hamas et du Hezbollah..

L’année précédente, la Ligue arabe et le haut comité arabe pour la Palestine avaient rejeté en bloc la résolution 181 de l’ONU qui prévoyait la création d’un État arabe, d’un État juif et d’une entité internationale pour Jérusalem sur le territoire appelé Palestine, occupé par les Britanniques depuis 1920. (Avant, le proprio, c’était la Turquie). Les 650 000 Juifs vivant en Palestine avaient, eux, accepté le plan de partition adopté par la majorité des membres des Nations-Unies.

En 1948, les Britanniques ont quitté la Palestine, la création d’Israël a été proclamée, les pays arabes avoisinants ont envahi le nouvel État. Et, contre toute attente, Israël a survécu. Ça se résume à cela, sauf à Radio-Canada.

Quand j’ai téléphoné à la salle des nouvelles pour souligner l’erreur, on m’a répondu que j’avais droit à ma version des faits.

Cela s’est passé en 1998. Manifestement, les choses n’ont pas beaucoup changé depuis. Non seulement, des journalistes se donnent le droit de tripoter les faits dans la foulée de l’idéologie anti-Israël à la mode au Québec, mais en 2013, Radio-Canada se permet aussi de réécrire le droit international avec une définition farfelue et surtout dangereuse de ‘prisonnier politique.’

Canadian Jewish News: Janice Arnold: “Pro-Israel Groups Incensed by Radio-Canada’s Mideast Reporting” (May 13, 2013)

Comments

comments

You may also like

3 comments

Murray May 20, 2013 - 2:55 am

Is anti-semitism a prerequisite to work for the CBC? McDonald, Nallah, Tourangeau?

Reply
Anonymous May 20, 2013 - 4:10 am

Does this mean that they would call a terrorist in Canadian prison (for, say, setting off a bomb in a Toronto shopping mall) a “political prisoner?” Didn’t think so.

Reply
ls May 24, 2013 - 7:40 pm

“Political prisoners” means it is politically correct to kill as many Israelis as possible to destroy Israel.

Reply

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link