Le Nouvelliste Op-Ed Describes Israel’s Independence In 1948 As An “Act Of Treason”

November 22, 2023

Cliquez ici pour la version française

In her November 18 column in Le Nouvelliste titled: “The war in Palestine and us,” Thérèse Boutin, secretary for the Trois-Rivières chapter of Amnesty International Canada, falsely portrayed the current situation in Gaza as a continuation of a century-long injustice against Palestinians.

Boutin described Israel’s independence in 1948 as an “act of treason” according to many Arabs and Palestinians, but rather than criticize this hateful and myopic perspective which has led to the current refusal of the Palestinians to accept Israel’s right to exist, and instead only delegitimizes the country, Boutin adds fuel to the fire, baselessly claiming that “the Palestinians have not forgotten the attempts of the last 100 years to annihilate them.”

Is Boutin reading a different history than the rest of us?

The population of Arabs living in Israel, Gaza and Judea & Samaria (often called the West Bank by news media outlets) has exploded since 1948. According to the Palestinian Authority (PA)’s own assessments, the population of Arabs in the region now numbers more than 7 million, an increase of more than five-fold over the last 75 years.

In the face of such numbers, how can any individual wanting to be taken seriously possibly claim that Israel has attempted to “annihilate” Palestinians? What patent absurdity.

Conversely, Hamas has made no secret of wanting to do exactly that to the Jews, though incredibly, nowhere in her column did Boutin ever mention the words “Hamas” or even “hostages,” referring to the hundreds of innocent people kidnapped by Hamas nearly seven weeks ago.

In an October 24 interview with Lebanese television, senior Hamas leader Ghazi Hamad told his interviewer that the Islamic terrorist group would commit more massacres like its October 7 attack, and that its terrorist attack was “just the first time.”

When pressed by his interviewer whether Hamas sought the “annihilation of Israel,” he responded “Yes, of course.”

However, nowhere in her column did Boutin even mention Hamas’ name, despite the group’s declaration of war against Israel last month, or its shattering of the ceasefire that existed before Hamas decided to invade southern Israel and massacre 1,200 innocent civilians in a wanton display of savagery, rape and torture.

Boutin ignores central facts pertaining to current Hamas-Israel conflict, including the Arab rejection of the United Nations Partition Plan, which would have created an Arab state more than seven decades ago, and the Palestinian leadership’s refusal to accept continued Israeli peace offers, most notably in 2000, when Jerusalem offered the Palestinians all of Gaza, virtually all of Judea & Samaria/”West Bank”, and even eastern Jerusalem, only to have the offer rebuffed.

Boutin refers to “the founding of Zionism in 1896,” but chooses to ignore the Jewish People’s thousand years of uninterrupted history in their ancestral homeland, which existed long before the invasion of the Levant by Arab forces in the seventh century.

Hamas, which is a fanatical Islamic terrorist organization dedicated to the violent destruction of Israel, has made no secret of its desire to destroy the Jewish State, and replace it with an Islamic State-style Islamic theocratic dictatorship.

To Hamas, every square inch of Israel is “occupied” and must be cleansed of Jews.

Thus, Israel has no choice but to seek to degrade the terrorist group’s capacity to murder innocent civilians, and to protect its people.

There can be no ceasefire until all hostages kidnapped from southern Israel are returned, and Hamas surrenders. Calling for a ceasefire until that has taken place is not only irresponsible, it is dangerous and out of step with a majority of Canadians, who support Israel’s right to use its military to remove Hamas from power.

Enough is enough. Canada must support Israel’s right to defeat Hamas, once and for all. Thérèse Boutin and Amnesty International Canada should support Israel’s efforts to purge the world of this dangerous terrorist group.


Version française

Dans sa chronique du 18 novembre dans Le Nouvelliste intitulée “La guerre en Palestine et nous”, Thérèse Boutin, secrétaire de la section de Trois-Rivières d’Amnesty International Canada, a faussement dépeint la situation actuelle à Gaza comme la continuation d’une injustice centenaire à l’égard des Palestiniens.

Boutin a décrit l’indépendance d’Israël en 1948 comme un “acte de trahison” selon de nombreux Arabes et Palestiniens, mais plutôt que de critiquer cette perspective haineuse et myope qui a conduit au refus actuel des Palestiniens d’accepter le droit à l’existence d’Israël, et qui au contraire ne fait que délégitimer le pays, Boutin jette de l’huile sur le feu en affirmant sans fondement que “les Palestiniens n’ont pas oublié les tentatives des 100 dernières années pour les anéantir”.

Boutin lit-elle une histoire différente de celle du reste d’entre nous ?

La population arabe vivant en Israël, à Gaza et en Judée et Samarie (souvent appelée Cisjordanie par les médias) a explosé depuis 1948. Selon les propres évaluations de l’Autorité palestinienne (AP), la population arabe de la région compte aujourd’hui plus de 7 millions de personnes, soit une multiplication par plus de cinq au cours des 75 dernières années.

Face à de tels chiffres, comment une personne souhaitant être prise au sérieux peut-elle prétendre qu’Israël a tenté d'”anéantir” les Palestiniens ? Quelle absurdité manifeste !

À l’inverse, le Hamas ne s’est jamais caché de vouloir faire exactement la même chose aux Juifs, même si, chose incroyable, Boutin n’a jamais mentionné les mots “Hamas” ou même “otages” dans son article, en référence aux centaines d’innocents kidnappés par le Hamas il y a près de sept semaines.

Lors d’une interview accordée le 24 octobre à la télévision libanaise, Ghazi Hamad, haut responsable du Hamas, a déclaré à son interlocuteur que le groupe terroriste islamique commettrait d’autres massacres comme celui du 7 octobre, et que son attaque terroriste n’était “que la première fois”.

Lorsque son interlocuteur lui a demandé si le Hamas cherchait à “anéantir Israël”, il a répondu “Oui, bien sûr”.

Cependant, nulle part dans son article Boutin n’a mentionné le nom du Hamas, malgré la déclaration de guerre du groupe contre Israël le mois dernier, ou sa rupture du cessez-le-feu qui existait avant que le Hamas ne décide d’envahir le sud d’Israël et de massacrer 1 200 civils innocents dans une démonstration gratuite de sauvagerie, de viols et de tortures.

Boutin ignore des faits essentiels relatifs au conflit actuel entre le Hamas et Israël, notamment le rejet par les Arabes du plan de partage des Nations unies, qui aurait créé un État arabe il y a plus de sept décennies, et le refus des dirigeants palestiniens d’accepter les offres de paix israéliennes, notamment en 2000, lorsque Jérusalem a proposé aux Palestiniens la totalité de Gaza, la quasi-totalité de la Judée et de la Samarie (la “Cisjordanie”), et même la partie orientale de Jérusalem, mais que cette offre a été rejetée.

Boutin fait référence à “la fondation du sionisme en 1896”, mais choisit d’ignorer les mille ans d’histoire ininterrompue du peuple juif sur sa terre ancestrale, qui existait bien avant l’invasion du Levant par les forces arabes au septième siècle.

Le Hamas, organisation terroriste islamique fanatique vouée à la destruction violente d’Israël, n’a jamais caché son désir de détruire l’État juif et de le remplacer par une dictature théocratique islamique de type État islamique.

Pour le Hamas, chaque centimètre carré d’Israël est “occupé” et doit être débarrassé des Juifs.

Israël n’a donc pas d’autre choix que de chercher à réduire la capacité du groupe terroriste à assassiner des civils innocents et à protéger son peuple.

Il ne peut y avoir de cessez-le-feu tant que tous les otages enlevés dans le sud d’Israël n’auront pas été restitués et que le Hamas ne se sera pas rendu. Appeler à un cessez-le-feu tant que cela n’a pas eu lieu n’est pas seulement irresponsable, c’est dangereux et en décalage avec la majorité des Canadiens, qui soutiennent le droit d’Israël à utiliser son armée pour chasser le Hamas du pouvoir.

Trop c’est trop. Le Canada doit soutenir le droit d’Israël à vaincre le Hamas, une fois pour toutes. Thérèse Boutin et Amnesty International Canada doivent soutenir les efforts d’Israël pour purger le monde de ce dangereux groupe terroriste.

Comments

Send this to a friend