Le Journal De Montréal Columnist Blames Israel – And Not Iran’s Direct Involvement In October 7 Massacres – For Mideast Tension

April 17, 2024

Cliquez ici pour la version française

The Recency Effect, also known as the Recency Bias, is a cognitive bias which tends to favour or prioritize recent events over those which came beforehand, and in a pair of recent opinion columns published in Le Journal de Montreal, Loïc Tassé, a columnist at the newspaper who also teaches political science at the University of Montreal, this bias was on full display.

On April 13, Tassé penned a commentary entitled: “Danger of open war between Israel and Iran,” where he framed the recent open conflict between Iran and Israel as being the result of nothing more than the domestic political considerations of Israeli Prime Minister Benjamin Netanyahu, and not because of Iran’s central role in launching the current war against Israel, or its long-time support for Palestinian terrorism.

Writing that “no one wants” an escalation between Iran and Israel, “except perhaps Benjamin Netanyahu,” Tassé claimed that because Israel’s counter-terrorism efforts against Hamas in Gaza “are not yielding the desired results,” Jerusalem has thus opted to “widen the conflict” for political points.

Such comments represent an infantile understanding of the Middle East.

Iran is the world’s leading state sponsor of terrorism, which arms, trains and funds Islamic terrorist groups across the region, including Hezbollah in Lebanon, Ansar Allah (better known as the Houthi movement) in Yemen, as well as Hamas and Palestinian Islamic Jihad (PIJ), operating in the Palestinian-run territories.

In an April 1 targeted killing in the Syrian capital of Damascus, Israel is believed to have eliminated Mohammad Reza Zahedi, an Iranian general who was a senior commander of the Islamic Revolutionary Guards Corps (IRGC), and who was closely involved in the “planning and execution” of Hamas’ October 7 terrorist attacks in Israel.

And yet, at no time did Tassé ever acknowledge this elephant in the room, instead preferring to look at the Iran-Israel conflict merely as a sideshow for Israel’s prime minister.

The next day, following Iran’s firing of hundreds of missiles and drones towards Israel, Tassé penned another commentary entitled: “Israel, Iran and the Nuclear Temptation,” where he continued the same theme, and displayed a breathtaking gullibility.

“The Iranian government has also made it clear that it does not wish to go any further,” Tassé wrote, appearing to accept the statements of a genocidal and theocratic dictatorship at face value.

As even small children understand, actions speak louder than words, in that respect, Iran’s attempt to portray itself as being restrained and responsible mean nothing in the face of its long-term support for violent Palestinian terrorist groups dedicated to Israel’s destruction, and in particular its direct involvement in launching the current war against Israel more than six months ago.

Tassé, who has been the subject of multiple HonestReporting Canada alerts for his outlandish and baseless accusations against Israel, including his allegation that Israel has killed virtually no Hamas terrorists, closely mimics recent opinion columns by Normand Lester in Le Journal de Québec, who similarly wrote two commentaries within days of each other blaming Israel for escalating tensions with Iran, all while wholly ignoring Iran’s long history in support of Palestinian terrorism.

The Hamas-Israel war is just one facet of Iran’s larger campaign of violence against Jerusalem, contra commentators like Tassé who seem unable or unwilling to look beyond events of recent days.


Un chroniqueur du Journal de Montréal accuse Israël – et non l’implication directe de l’Iran dans les massacres du 7 octobre – d’être à l’origine des tensions au Moyen-Orient

L’effet de récence, également connu sous le nom de biais de récence, est un biais cognitif qui tend à favoriser ou à donner la priorité aux événements récents par rapport à ceux qui se sont produits auparavant, et dans deux récentes chroniques d’opinion publiées dans Le Journal de Montréal, Loïc Tassé, un chroniqueur du journal qui enseigne également les sciences politiques à l’Université de Montréal, ce biais s’est manifesté de manière flagrante.

Le 13 avril, M. Tassé a rédigé un commentaire intitulé “Danger de guerre ouverte entre Israël et l’Iran”, dans lequel il explique que le récent conflit ouvert entre l’Iran et Israël n’est rien d’autre que le résultat des considérations de politique intérieure du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, et non le rôle central de l’Iran dans le lancement de la guerre actuelle contre Israël, ou son soutien de longue date au terrorisme palestinien.

Écrivant que “personne ne veut” d’une escalade entre l’Iran et Israël, “sauf peut-être Benjamin Netanyahou”, M. Tassé a affirmé que parce que les efforts antiterroristes d’Israël contre le Hamas à Gaza “ne donnent pas les résultats escomptés”, Jérusalem a donc choisi “d’élargir le conflit” pour marquer des points sur le plan politique.

De tels commentaires témoignent d’une compréhension infantile du Moyen-Orient.

L’Iran est le principal État soutenant le terrorisme dans le monde. Il arme, entraîne et finance des groupes terroristes islamiques dans toute la région, notamment le Hezbollah au Liban, Ansar Allah (plus connu sous le nom de mouvement Houthi) au Yémen, ainsi que le Hamas et le Jihad islamique palestinien (PIJ), qui opèrent dans les territoires sous administration palestinienne.

Le 1er avril, lors d’un assassinat ciblé dans la capitale syrienne, Damas, Israël aurait éliminé Mohammad Reza Zahedi, un général iranien, haut commandant du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI), qui était étroitement impliqué dans la “planification et l’exécution” des attaques terroristes du Hamas en Israël, le 7 octobre dernier.

Pourtant, à aucun moment Tassé n’a reconnu cet éléphant dans la pièce, préférant considérer le conflit Iran-Israël comme un simple spectacle pour le premier ministre israélien.

Le lendemain, après que l’Iran a tiré des centaines de missiles et de drones en direction d’Israël, Tassé a rédigé un autre commentaire intitulé : “Israël, l’Iran et la tentation nucléaire”, dans lequel il a repris le même thème et fait preuve d’une crédulité stupéfiante.

“Le gouvernement iranien a également fait savoir qu’il ne souhaitait pas aller plus loin”, a écrit M. Tassé, semblant accepter les déclarations d’une dictature génocidaire et théocratique à leur juste valeur.

À cet égard, les tentatives de l’Iran de se présenter comme un pays modéré et responsable ne signifient rien face à son soutien à long terme aux groupes terroristes palestiniens violents voués à la destruction d’Israël et, en particulier, à son implication directe dans le lancement de la guerre actuelle contre Israël, il y a plus de six mois.

M. Tassé, qui a fait l’objet de plusieurs alertes d’HonestReporting Canada pour ses accusations farfelues et sans fondement contre Israël, y compris son allégation selon laquelle Israël n’a tué pratiquement aucun terroriste du Hamas, imite de près les récentes chroniques d’opinion de Normand Lester dans Le Journal de Québec, qui a également écrit deux commentaires à quelques jours d’intervalle blâmant Israël pour l’escalade des tensions avec l’Iran, tout en ignorant totalement le long passé de l’Iran en matière de soutien au terrorisme palestinien.

La guerre Hamas-Israël n’est qu’une facette de la vaste campagne de violence de l’Iran contre Jérusalem, contrairement à des commentateurs comme Tassé qui semblent incapables ou peu désireux de regarder au-delà des événements de ces derniers jours.

Comments

Send this to a friend