Le Devoir Commentator Claims Israeli Soldiers “Machine-Gun The Population Of The Gaza Strip”

April 14, 2024

Cliquez ici pour la version française

In her latest opinion column castigating Israel in the pages of Le Devoir, Maïka Sondarjee, an assistant professor at the University of Ottawa, criticizes the Quebec government for daring to forge closer ties to Israel with its recent opening of an economic office in Tel Aviv.

Sondarjee’s April 4 commentary, “Being on the right side of history” claims that “it’s hard to argue for closer ties” between Quebec and Israel.

As supposed evidence for the supposed moral outrage at forging closer ties with Israel, Sondarjee claims that Israel “bomb(s) Palestinian hospitals,” and Israeli soldiers “are sent to machine-gun the population of the Gaza Strip.”

Such sophomoric concepts are a closer fit for the pages of an anti-Israel pamphlet than in a column by a supposed academic.

Contrary to Sondarjee’s carefully constructed impression that Israeli soldiers “bomb Palestinian hospitals,” the reality is extremely different.

What Sondarjee carefully censors from readers is that Hamas terrorists actively use hospitals inside Gaza as bases for their operations. The evidence is extensive and no reasonable observer could conclude otherwise. Not only does Israel state that hundreds of Hamas terrorists have been arrested and killed, just at al-Shifa hospital in Gaza alone, but photographic and video evidence shows it.

Yet Sondarjee, rather than pointing the finger at the culprit, Hamas, for using Gazans as human shields, she ignores these inconvenient facts entirely, preferring instead to blame Israel for daring to fight the fanatical jihadists of Hamas.

As for Sondarjee’s outlandish claim that Israeli soldiers “machine-gun the population of the Gaza Strip,” such a line is so scandalously ignorant, it calls into question the credibility of Le Devoir for allowing such a commentary to be published.

Israel has taken more extensive measures to minimize civilian casualties in Gaza than virtually any other armed force in history.

As John Spencer, chair of urban warfare studies at the Modern War Institute (MWI) at West Point, has written, Israel has created a “remarkable, historic new standard” for protection of civilians in dense war zones.

Regrettably, for Sondarjee’s ideologically-driven commentary, such fatal facts fly in the face of her pre-existing worldview, and unsurprisingly, are ignored completely.

For a supposed scholar, Sondarjee exhibits a reckless gullibility for Hamas propaganda, writing that Israel “has killed over 30,000 Palestinians…the vast majority of them civilians.”

Contra Sondarjee, there is zero evidence for such a claim that the “vast majority” of those killed in Gaza are civilians, outside of unfounded, unverified and statistically improbable allegations from the Hamas-run “Gaza Ministry of Health.”

Like so many anti-Israel screeds, nowhere in her column does Sondarjee once utter the word Hamas, the name of the genocidal Islamic terrorist group which not only launched the mega-terrorist attack on October 7 which sparked the current war, but which actively perpetuates it every single day by refusing to surrender and free the estimated 130 Israeli hostages being kept in Gaza.

Predictably, Sondarjee uses her column to baselessly accuse Israel of genocide, a common theme. She made the same absurd allegations in January, and in November, 2023.

Maïka Sondarjee’s opinion column in Le Devoir is ideological drivel devoid of any factual basis, under the guise of serious commentary.


Un commentateur du Devoir affirme que les soldats israéliens “mitraillent la population de la bande de Gaza”.

Dans sa dernière tribune contre Israël parue dans les pages du Devoir, Maïka Sondarjee, professeure adjointe à l’Université d’Ottawa, reproche au gouvernement québécois d’avoir osé se rapprocher d’Israël avec l’ouverture récente d’un bureau économique à Tel Aviv.

Le commentaire du 4 avril de M. Sondarjee, intitulé “Être du bon côté de l’histoire“, affirme qu'”il est difficile de plaider en faveur de liens plus étroits” entre le Québec et Israël.

Comme preuve supposée de l’indignation morale que suscite le resserrement des liens avec Israël, Sondarjee affirme qu’Israël “bombarde les hôpitaux palestiniens” et que des soldats israéliens “sont envoyés pour mitrailler la population de la bande de Gaza”.

Des concepts aussi sophistiques conviennent mieux aux pages d’un pamphlet anti-israélien qu’à un article rédigé par un soi-disant universitaire.

Contrairement à l’impression soigneusement construite par Sondarjee selon laquelle les soldats israéliens “bombardent les hôpitaux palestiniens”, la réalité est extrêmement différente.

Ce que Sondarjee cache soigneusement aux lecteurs, c’est que les terroristes du Hamas utilisent activement les hôpitaux de Gaza comme bases pour leurs opérations. Les preuves sont nombreuses et aucun observateur raisonnable ne peut conclure le contraire. Non seulement Israël affirme que des centaines de terroristes du Hamas ont été arrêtés et tués, rien qu’à l’hôpital al-Shifa de Gaza, mais des preuves photographiques et vidéo le montrent.

Pourtant, Sondarjee, au lieu de pointer du doigt le coupable, le Hamas, qui utilise les habitants de Gaza comme boucliers humains, ignore totalement ces faits gênants, préférant blâmer Israël pour avoir osé combattre les djihadistes fanatiques du Hamas.

Quant à l’affirmation farfelue de M. Sondarjee selon laquelle les soldats israéliens “mitraillent la population de la bande de Gaza”, elle est d’une ignorance si scandaleuse qu’elle remet en question la crédibilité du Devoir pour avoir permis la publication d’un tel commentaire.

Israël a pris des mesures plus importantes pour minimiser les pertes civiles à Gaza que pratiquement toute autre force armée dans l’histoire.

Comme l’a écrit John Spencer, titulaire de la chaire d’études sur la guerre urbaine au Modern War Institute (MWI) de West Point, Israël a créé une “nouvelle norme remarquable et historique” pour la protection des civils dans les zones de guerre denses.

Malheureusement, pour le commentaire idéologique de Sondarjee, ces faits fatals vont à l’encontre de sa vision préexistante du monde et, sans surprise, sont complètement ignorés.

Pour un soi-disant universitaire, Sondarjee fait preuve d’une crédulité inconsidérée à l’égard de la propagande du Hamas, en écrivant qu’Israël “a tué plus de 30 000 Palestiniens… dont la grande majorité étaient des civils”.

Contrairement à Sondarjee, il n’existe aucune preuve de l’affirmation selon laquelle la “grande majorité” des personnes tuées à Gaza sont des civils, en dehors des allégations infondées, non vérifiées et statistiquement improbables du “ministère de la santé de Gaza” dirigé par le Hamas.

Comme dans tant d’autres articles anti-israéliens, Sondarjee ne prononce pas une seule fois le mot Hamas, le nom du groupe terroriste islamique génocidaire qui a non seulement lancé la méga-attaque terroriste du 7 octobre qui a déclenché la guerre actuelle, mais qui la perpétue activement chaque jour en refusant de se rendre et de libérer les quelque 130 otages israéliens retenus dans la bande de Gaza.

Comme on pouvait s’y attendre, Mme Sondarjee utilise sa rubrique pour accuser sans fondement Israël de génocide, un thème récurrent. Elle a fait les mêmes allégations absurdes en janvier et en novembre 2023.

La tribune de Maïka Sondarjee dans Le Devoir est un ramassis d’idéologies dénuées de tout fondement factuel, sous couvert d’un commentaire sérieux.

Comments

Send this to a friend