La Presse Article Gives Fawning Coverage To Anti-Israel Flotilla Organizers

Cliquez ici pour la version française

As a dangerous and provocative convoy of ships plan to leave Turkey for the Gaza Strip in the coming days in a major publicity stunt aimed at demonizing Israel, their efforts are receiving fawning coverage in some news media outlets.

An April 17 news article in La Presse entitled: “Three Quebecers will take the sea on a humanitarian mission to Gaza,” written by reporter Louise Leduc, highlighted three residents of Quebec who are planning to participate in the upcoming attempt to smash through Israel’s counter-terrorism barrier around Gaza, officially in the name of delivering “humanitarian” goods.

Leduc quoted one participant, Nimâ Machouf, a Quebec physician, as saying that “more than two million people in Gaza are in danger of death as famine and malnutrition spread,” adding that “yet Canada fails to put any significant pressure on Israel to end the siege and allow humanitarian aid to enter.”

While Machouf is certainly entitled to her opinion, Leduc failed to provide context, informing viewers that Machouf’s comments are blatantly wrong.

There are more food trucks entering Gaza now on a daily basis than were entering the coastal territory before October 7, when the war began after Hamas, the Gaza-based Islamic terrorist group, massacred 1,200 innocent Israelis.

Such details are not minor factoids, but absolutely central to Machouf’s allegations that not enough food is entering Gaza, and laid bare her groundless claims, showing them to be nothing more than blatant misinformation.

Even as the amount of food entering Gaza continues unabated, that does not mean all the food gets delivered, thanks to controversial United Nations agencies like UNRWA, which have failed to distribute the aid, creating footage of enormous amounts of aid sitting in Gaza uselessly, waiting to be picked up and delivered.

However, rather than bothering to give readers any context, Leduc allowed Machouf’s statement to stand on its own, presenting readers with a dramatically false image that suggested that Israel is blocking food.

Leduc quoted Sophie Chang, another Quebec physician and a member of the ‘Quebec Doctors Against Genocide,’ as saying that “rather than a ceasefire, as voted by the UN Security Council, Israel proceeded to completely destroy the Al-Shifa Hospital, Gaza’s largest health facility, two weeks ago. In front of the eyes of the world, a thousand Palestinians were killed or injured, including doctors and health workers.”

Once again, Leduc allowed Chang’s scandalous comments to stand without any context, challenge or details.

Contrary to Chang’s assertions, Israel has extensively negotiated to find a workable ceasefire, while Hamas, a genocidal terrorist group, has long refused to do so, even as the terrorist group continues to hold an estimated 130 Israeli hostages in Gaza.

While Chang claimed that Israel has sought to “completely destroy” Gaza’s al-Shifa Hospital, she says nothing about Hamas’ use of the healthcare facility as a base for its terrorism, and once again, Leduc choose to offer no background to readers on this absolutely essential fact, instead letting Chang’s misinformation stand.

The planned flotilla to Gaza is not about providing humanitarian aid to Gaza. If it were, those who claim to be concerned about Gazans could coordinate with COGAT, Israel’s department overseeing the delivery of aid into the territory.

Instead, the flotilla organizers and participants have evidently decided that making a public spectacle takes priority over actually providing aid to the people of Gaza, enabled by compliant media outlets.

Louise Leduc’s April 17 article in La Presse gave a sycophantic and undeservedly flattering portrayal of a flotilla engaging in brinkmanship for the sake of publicity.


Un article de La Presse fait la part belle aux organisateurs de la flottille anti-israélienne

Alors qu’un convoi de navires dangereux et provocateurs prévoit de quitter la Turquie pour la bande de Gaza dans les prochains jours, dans le cadre d’une vaste opération publicitaire visant à diaboliser Israël, leurs efforts bénéficient d’une couverture flatteuse de la part de certains médias.

Un article paru le 17 avril dans La Presse, intitulé “Trois Québécois prennent la mer pour une mission humanitaire à Gaza“, écrit par la journaliste Louise Leduc, met en lumière trois résidents du Québec qui prévoient de participer à la prochaine tentative de franchir la barrière antiterroriste israélienne autour de Gaza, officiellement au nom de la livraison de biens “humanitaires”.

Leduc cite l’un des participants, Nimâ Machouf, un médecin québécois, qui déclare que “plus de deux millions de personnes à Gaza sont en danger de mort alors que la famine et la malnutrition se répandent”, ajoutant que “pourtant, le Canada n’exerce aucune pression significative sur Israël pour qu’il mette fin au siège et permette l’entrée de l’aide humanitaire”.

Alors que Mme Machouf a certainement droit à son opinion, M. Leduc n’a fourni aucun contexte, informant les téléspectateurs que les commentaires de Mme Machouf sont clairement erronés.

Il y a plus de camions de nourriture qui entrent à Gaza chaque jour qu’il n’y en avait dans le territoire côtier avant le 7 octobre, lorsque la guerre a commencé après que le Hamas, le groupe terroriste islamique basé à Gaza, a massacré 1 200 Israéliens innocents.

Ces détails ne sont pas des faits mineurs, mais sont absolument essentiels aux affirmations de Mme Machouf selon lesquelles il n’y a pas assez de nourriture qui entre à Gaza, et exposent ses affirmations sans fondement comme n’étant rien d’autre que de la désinformation flagrante.

Même si la quantité de nourriture entrant à Gaza ne diminue pas, cela ne signifie pas que toute la nourriture est livrée, grâce à des agences de l’ONU controversées comme l’UNRWA, qui n’ont pas réussi à distribuer l’aide, créant des images d’énormes quantités d’aide inutilisées à Gaza, attendant d’être ramassées et livrées.

Cependant, plutôt que de prendre la peine de donner aux lecteurs un quelconque contexte, M. Leduc a laissé la déclaration de M. Machouf se suffire à elle-même, présentant aux lecteurs une image dramatiquement fausse qui suggère qu’Israël bloque la nourriture.

Leduc a cité Sophie Chang, un autre médecin québécois et membre de l’association “Médecins québécois contre le génocide”, qui a déclaré que “plutôt que d’instaurer un cessez-le-feu, comme l’a voté le Conseil de sécurité de l’ONU, Israël a procédé à la destruction complète de l’hôpital Al-Shifa, le plus grand établissement de santé de Gaza, il y a deux semaines. Sous les yeux du monde entier, un millier de Palestiniens ont été tués ou blessés, y compris des médecins et des travailleurs de la santé”.

Une fois de plus, M. Leduc a laissé les commentaires scandaleux de M. Chang sans contexte, sans question et sans détail.

Contrairement aux affirmations de M. Chang, Israël a largement négocié pour trouver un cessez-le-feu viable, alors que le Hamas, un groupe terroriste génocidaire, a longtemps refusé de le faire, même si le groupe terroriste continue de détenir quelque 130 otages israéliens à Gaza.

Alors que Mme Chang affirme qu’Israël a cherché à “détruire complètement” l’hôpital al-Shifa de Gaza, elle ne dit rien sur l’utilisation par le Hamas de cet établissement de santé comme base de son terrorisme, et une fois de plus, M. Leduc choisit de n’offrir aux lecteurs aucune information sur ce fait absolument essentiel, préférant laisser la désinformation de Mme Chang se poursuivre.

L’objectif de la flottille pour Gaza n’est pas de fournir une aide humanitaire à Gaza. Si tel était le cas, ceux qui prétendent se soucier des Gazaouis pourraient se coordonner avec le COGAT, le département israélien chargé de superviser l’acheminement de l’aide vers le territoire.

Au lieu de cela, les organisateurs et les participants de la flottille ont clairement décidé que le spectacle public passait avant l’aide à la population de Gaza, avec l’aide de médias complaisants.

L’article de Louise Leduc paru le 17 avril dans La Presse dresse un portrait flagorneur et indûment flatteur d’une flottille engagée dans une course effrénée à la publicité.

Comments

Send this to a friend