Oxfam-Québec cherche à faire d’Israël un État paria dans La Presse / Oxfam-Québec Seeks to Make Israel a Pariah State in La Presse

July 28, 2021

English version appended below.

Le conflit qui perdure depuis des décennies entre Israéliens et Palestiniens est déchirant à regarder pour toutes les Canadiennes et tous les Canadiens, et la violence endémique a créé beaucoup trop de douleur, de perte et de souffrance. De toute évidence, il est nécessaire de changer la façon dont le monde, et le Canada en particulier, interagit et tente d’influencer la région.

Mais certaines solutions proposées, comme celles préconisées par Giulia El Dardiry d’Oxfam-Québec dans La Presse du 15 juillet, n’apporteront pas la paix et ne feront que prolonger le conflit, entraînant Israéliens et Palestiniens sur une voie parsemée de plus de mal, de différends et d’antipathie.

Dans son récent éditorial, « À Gaza, les paroles du Canada ne suffiront pas », El Dardiry rejette la responsabilité du conflit aux pieds d’Israël, tout en proposant que le Canada condamne Israël exclusivement pour sa politique et mette fin aux ventes d’armes à l’État juif.

El Dardiry a raison de dire que pendant trop longtemps, le monde, y compris le Canada, a ignoré les causes profondes du conflit, mais elle ignore l’obstacle le plus sérieux à la paix au Moyen-Orient : le refus de la part des dirigeants palestiniens d’accepter l’existence même de un État juif au milieu d’eux. Le Hamas, qui dirige Gaza, et l’Autorité palestinienne, qui dirige la Cisjordanie (considérée par les Israéliens comme la Judée-Samarie), appellent régulièrement à la destruction d’Israël.

Aujourd’hui, les dirigeants du Hamas continuent d’être sans vergogne et ouverts dans leurs appels à la destruction d’Israël et au génocide des Juifs. L’Autorité palestinienne (AP), parfois considérée comme la branche la plus « modérée » de la direction palestinienne, continue d’endoctriner la prochaine génération de Palestiniens avec des démonstrations antisémites grotesques dans les écoles publiques, les médias et les mosquées. Les dirigeants palestiniens – à la fois le Hamas et l’Autorité palestinienne – n’ont pas préparé leur peuple à une éventuelle paix avec Israël. Au contraire, l’Autorité palestinienne continue de glorifier et de récompenser le terrorisme à travers son programme « payer pour tuer », endoctrine son propre peuple et inculque une culture de victimisation et corruption. Israël a montré qu’il était sérieux au sujet de la paix, ayant fait de multiples offres de paix aux Palestiniens, notamment en offrant tout Gaza, Jérusalem-Est et la Judée-Samarie à l’Autorité palestinienne, dont aucune n’a jamais été acceptée ou reçue avec une contre-offre.

Les gens raisonnables peuvent être en désaccord sur la sagesse d’une politique israélienne particulière, mais comme Israël l’a montré à Gaza en 2005, les colonies peuvent être détruites pour la cause de la paix, mais lorsque les dirigeants palestiniens lavent le cerveau de toute la population pour qu’elle déteste Israël et considère les Juifs comme illégaux usurpateurs et non indigènes de la terre, la paix entre Israéliens et Palestiniens continuera d’être insaisissable.

Dans son éditorial sur les violences récentes, El Dardiry ne mentionne pas une seule fois le Hamas, mais juge bon de blâmer l’existence de communautés israéliennes en Judée-Samarie comme la principale raison de conflit qui perdure en écrivant que « l’occupation militaire depuis 54 ans » est apparemment le nœud du problème. Une telle déclaration ignore trois mille ans d’histoire constante que le peuple juif a eue dans sa patrie historique, ayant vu des empires aller et venir, y compris les Romains, les Grecs, les Arabes sarrasins, les Byzantins, les Britanniques et plus encore. La terre d’Israël regorge d’histoire juive, et même le nom Juif vient de la terre, la Judée. Il est donc absurde de prétendre que la présence d’Israël dans sa patrie historique est en quelque sorte la cause du conflit aujourd’hui.

Alors, que doit faire le Canada? Doit-il suivre les conseils d’Oxfam-Québec et traiter Israël comme un État paria, en coupant les ventes d’armes et en faisant pression sur Israël pour qu’il lève son blocus légal et approuvé par l’ONU sur la bande de Gaza ?

Une telle suggestion ne ferait rien de plus qu’armer exclusivement le Hamas. Le blocus israélien (et égyptien) de Gaza existe pour garder les armes mortelles et les roquettes à longue portée hors des mains de cette organisation terroriste islamiste génocidaire. Au cours du conflit le plus récent, le Hamas a tiré 4 000 roquettes sur Israël, et le groupe a intentionnellement visé des civils israéliens tout en se cachant derrière des civils palestiniens, un double crime de guerre de bonne foi. Imaginez la puissance de feu que le Hamas aurait pu déployer s’il n’y avait pas eu de blocus de Gaza. La seule raison pour laquelle ces roquettes n’ont pas tué des dizaines de milliers d’Israéliens est qu’Israël avait les moyens de se défendre ; un droit qu’Oxfam-Québec juge apparemment bon de refuser à Israël. Fait intéressant, alors que le site Web d’Oxfam prétend défendre les droits des femmes et défendre les droits de la diversité sexuelle et de l’identité de genre, il ignore comment le Hamas exécute des membres soupçonnés d’homosexualité et ne permet pas aux femmes de quitter leur domicile sans la présence d’un tuteur masculin.

Le conflit entre Israéliens et Palestiniens est tendu par l’émotion et l’histoire. Deux peuples occupent le même petit bout de terre. De toute évidence, il n’y a pas de solution facile qui rendra tout le monde heureux, mais de suggérer avec désinvolture que le Canada abandonne son principe d’équité de longue date au Moyen-Orient, et blâme Israël pour le refus des dirigeants palestiniens d’accepter l’État juif et pour son incitation à la violence, est à la fois irresponsable et dangereux. Toute solution au conflit israélo-palestinien ne sera trouvée qu’avec une interaction, un dialogue et une acceptation mutuelle plus approfondis. La paix ne peut être forgée que par des négociations directes, face à face et de bonne foi pour résoudre le conflit. Le Canada serait avisé de tenir compte de cette approche. Toute autre suggestion ne fera que conduire plus loin dans le bourbier.


Oxfam-Québec Seeks to Make Israel a Pariah State in La Presse

The decades-long conflict between Israelis and Palestinians is heart wrenching for all Canadians to watch, and the endemic violence has created far too much pain, loss and suffering. Clearly, there’s a need for change in how the world, and Canada specifically, interacts and attempts to influence the region.

But some proposed solutions, like those advocated by Oxfam-Québec’s Giulia El Dardiry in La Presse on July 15, won’t procure peace and will only protract the conflict, leading Israelis and Palestinians down a path of more harm, dispute and antipathy.

In her recent op-ed, “In Gaza, Canada’s words won’t be enough,” El Dardiry lays the blame for the conflict squarely at Israel’s feet, while proposing that Canada condemn Israel exclusively for its policies, and end arm sales to the Jewish State.

El Dardiry is correct that for too long, the world, including Canada, has ignored the root causes of the conflict, but she ignores the most serious impediment to Mideast peace: the refusal on the part of the Palestinian leadership to accept the very existence of a Jewish State in their midst. Both Hamas, which rules Gaza, and the Palestinian Authority, which rules the West Bank (regarded by Israelis as Judea and Samaria), regularly call for the destruction of Israel.

Today, the leaders of Hamas continue to be unabashed and open in their calls for the destruction of Israel and the genocide of Jews. The Palestinian Authority (PA), sometimes considered to be the more “moderate” arm of the Palestinian leadership, continues to indoctrinate the next generation of Palestinians with grotesque antisemitic displays in state-run schools, media outlets and mosques. The Palestinian leadership – both Hamas and the PA – have not prepared their people for eventual peace with Israel, rather, the PA continues to glorify and reward terrorism through its “pay for slay” program, indoctrinates its own people, and inculcates a culture of victimhood and corruption. Israel has shown it’s serious about peace, having made multiple peace offers to the Palestinians, including offering all of Gaza, eastern Jerusalem and Judea & Samaria to the Palestinian Authority, none of which have ever been accepted or received with a counteroffer.

Reasonable people can disagree about the wisdom of any particular Israeli policy, but as Israel showed in Gaza in 2005, settlements can be torn down for the cause of peace, but when the Palestinian leadership brainwashes its entire population to hate Israel and see Jews as illegal usurpers and not indigenous to the land, peace between Israelis and Palestinians will continue to be elusive.

In her op-ed discussing the recent violence, El Dardiry does not mention Hamas a single time, but sees fit to blame the existence of Israeli communities in Judea & Samaria as the primary reason for the continued conflict writing that the “54-year military occupation” is seemingly the crux of the issue. Such a statement ignores three thousand years of constant history that the Jewish people have had in their historic homeland, having seen empires come and go, including the Romans, Greeks, Saracen Arabs, Byzantines, British and more. The land of Israel is brimming with Jewish history, and even the name Jew originates from the land, Judea. It’s absurd, then, to claim that Israel’s presence in its historic homeland is somehow the cause of the conflict today.

So, what is Canada to do? Should it take the advice from Oxfam-Québec and treat Israel as a pariah state, cutting off arm sales, and pressuring Israel to lift its legal and UN-approved blockade on the Gaza Strip?

Such a suggestion would do nothing more than arm Hamas exclusively. Israel (and Egypt’s) blockade of Gaza exists to keep deadly weapons and long-range rockets out of the hands of this genocidal Islamist terrorist organization. During the most recent conflict, Hamas fired 4,000 rockets at Israel, and the group intentionally targeted Israeli civilians while hiding behind Palestinian civilians, a bona fide double war crime. Imagine the firepower Hamas would have been able to deploy if there was no blockade of Gaza. The only reason that these rockets did not murder tens of thousands of Israelis is because Israel had the means to defend itself; a right that Oxfam-Québec apparently sees fit to deny Israel. Interestingly, while Oxfam’s website claims to champion women’s rights and to uphold sexual diversity and gender identity rights, it ignores how Hamas executes members for suspected homosexuality, and doesn’t allow women to leave their homes without the presence of a male guardian.

The conflict between Israelis and Palestinians is tense with emotion and history. Two peoples occupy the same small piece of land. Clearly, there is no easy solution which will make everyone happy, but to flippantly suggest that Canada abandon its longstanding principle of fairness in the Middle East, and blame Israel for the Palestinian leadership’s refusal to accept the Jewish State and for its incitement to violence, is both irresponsible and dangerous. Any solution to the Israeli-Palestinian conflict will only be found with deeper interaction, dialogue and mutual acceptance. Peace can only be forged through direct, face-to-face, good faith negotiations to resolve the conflict. Canada would be wise to heed this approach. Any other suggestions will only lead further into the morass.

Comments

You may also like

Send this to a friend