Home Media Action Alerts2012 L’Ombudsman Reproche à Radio-Canada Son Reportage sur le Moyen-Orient

L’Ombudsman Reproche à Radio-Canada Son Reportage sur le Moyen-Orient

by Mike Fegelman

L’Ombudsman de Radio-Canada, Monsieur Pierre Tourangeau a confirmé cette semaine une série de cinq plaintes déposées par HonestReporting Canada. Les cinq reportages de Madame Lamarche ne respectent pas l’une ou l’autre des valeurs d’exactitude, d’équilibre et d’impartialité des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada.

 
  

L’Ombudsman Reproche à Radio-Canada Son Reportage sur le Moyen-Orient

 
 

Par: Michelle Whiteman, Directrice régionale pour le Québec 17 février 2012


Cher abonné d’HonestReporting Canada,

Dans une réprimande a l’encontre de notre radiodiffuseur public, CBC Radio-Canada, et de son correspondant au Moyen Orient, Ginette Lamarche, au sujet de son reportage sur Israël, l’ombudsman de Radio-Canada, Monsieur Pierre Tourangeau a confirmé cette semaine une série de cinq plaintes déposées par HonestReporting Canada sur la couverture du réseau au Moyen-Orient.

Dans la révision des douze pages de l’Ombudsman sur les reportages diffusés sur les ondes de Radio Canada entre le 19 et le 23 décembre, M. Tourangeau a conclu que les cinq reportages qui ont fait l’objet de la plainte ne respectent pas l’une ou l’autre des valeurs d’exactitude, d’équilibre et d’impartialité des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada( une plainte a déjà été corrigée par Radio-Canada avant la révision par l’Ombudsman). Notant une absence d’opinion divergente pertinente, qu’elle soit israélienne ou autre, de vérification, et de contestation des arguments qu’on lui soumettait, et le fait de prendre à son compte les prétentions des personnes qu’elle interviewait, M. Tourangeau a indiqué que ces reportages présentent « au moins une apparence de partialité ». Il a encouragé la direction de l’Information et Mme. Lamarche de procéder a une discussion de fond sur ses arguments et constats.

HonestReporting Canada a fait objection à un rapport diffusé au radio journal le 19 décembre, d’où deux jeunes palestiniens interrogés ont affirmé avoir purgé trois ans de prison pour avoir jeté des pierres. Dans le reportage de Mme Lamarche, elle dit que « plusieurs jeunes Palestiniens passent une bonne partie de leur jeunesse derrière les barreaux pour avoir jeté des pierres ou participé à une manifestation », sans vérifier les données. En outre, HRC a obtenu la liste des 550 prisonniers récemment libérés qui a révélé que pas un seul ‘jeune’( âgé de moins de 25 ans) n’a passé trois ans de prison pour avoir jeté des pierres. Pour les jeunes âgés de 24 ans et moins, le temps passé en prison est en moyenne de sept mois (la plus longue période étant de 15 mois) et HRC a soutenu que cela ne représente nullement« une bonne partie de sa jeunesse ». De plus, HRC a soumis que Mme. Lamarche a induit l’auditeur à conclure que la simple participation à une manifestation, sans la qualifier de pacifique ou de violente, conduit à l’incarcération. L’Ombudsman a affirmé que « toujours est-il qu’il aurait été souhaitable que la journaliste valide auprès de sources officielles, la durée des séjours en prison que prétendent avoir faits les jeunes interviewés ou qu’elle insère dans son reportage un point de vue israélien….la prudence voudrait qu’on attribue à l’interviewé ses affirmations ».

Au sujet du reportage du 20 decembre diffusé au radiojournal, sur les nouvelles arrestations de Palestiniens par Israël, la narratrice a déclaré « depuis l’accord d’échange de prisonniers pour la libération du soldat Gilad Shalit en octobre, Israël a emprisonné pratiquement le même nombre de personnes qu’elle a relâché ». Nous avons contesté cette réclamation faite par l’ONG Adameer et qui a été catégoriquement niée par l’Administration pénitentiaire israélienne. En outre, cette réclamation a été ni attribuée ni vérifiée par la journaliste. Nous avons en outre affirmé que Adameer (ou Al-Dameer) n’est pas une ONG impartiale mais plutôt une organisation pro-palestinien qui a été accusé de diabolisation d’Israel. L’Ombudsman a conclu que l’affirmation « aurait dû être attribuée à l’ONG Adameer. À défaut, l’auditeur devait assumer que l’affirmation était strictement exacte parce qu’elle avait été vérifiée par la journaliste. Ce qui n’avait pas été le cas » et que le reportage aurait du préciser que Adameer est une organisation non gouvernementale, qu’elle est palestinienne ou qu’elle défend les prisonniers palestiniens d’Israël. En outre, l’Ombudsman a précisé que « la journaliste aurait dû attribuer les termes « brutales » et « arbitraires » à Adameer pour éviter toute perception de partialité ».

Dans son rapport du 22 decembre, 2011 intitulé « L’année 2011 au Moyen-Orient » Ginette Lamarche, correspondante pour Radio-Canada, introduisait le sujetdu printemps arabe palestinien en disant: «Depuis la Naqba… c’est la création d’Israël en 1948″. Le terme «Naqba» représente la version palestinienne de la création de l’état Israël et signifie une «catastrophe». Mme. Lamarche aurait dû attribuer ce terme aux Palestiniens faute de quoi cela suggère que Radio Canada qualifie la création de l’État d’Israël comme étant une catastrophe. HonestReporting Canada a demandé une clarification et la direction de l’Information a louablement reconnu l’erreur et a fait une clarification qui a également été publiée dans l’espace réservé aux mises au point.

Enfin, deux reportages, l’un diffusé à l’émission Désautels et l’autre dans les radio journaux du 23 décembre, ont traité de la situation de la communauté palestinienne chrétienne de Bethléem. HRC a fait objection aux déclarations suivantes: « depuis la construction du mur (de séparation) en 2003, les résidents de Bethléem ne peuvent pas sans permission sortir de la ville ». Elle dit aussi « que le mur, les colonies (de peuplement juives) qui encerclent Bethléem et qui l’empêche de se développer poussent les chrétiens palestiniens à fuir la ville où Jésus est né » et « même si le nombre de touristes augmente, dit-elle, les retombées restent bien minces pour les Palestiniens de Bethléem ».

HRC a affirmé qu’il appartenait au journaliste de fournir un contexte pour toute restriction invoquée dans son reportage, à savoir l’Intifada, qui a coûté la vie à 1100 Israéliens par des terroristes palestiniens en provenance de la Cisjordanie. En outre, elle fait également une omission importante qui est le sujet de la persécution des chrétiens par les musulmans.

L’Ombudsman a dit : « Quant à l’affirmation voulant que les résidents aient besoin d’une permission pour quitter Bethléem, elle souffre d’imprécision…. Il en va de même de l’affirmation faite au début du long reportage sur le même sujet lorsqu’on dit que la barrière de séparation « coupe Bethléem du reste de la Cisjordanie ». En ce qui concerne le tourisme, « je constate qu’elle assume une affirmation qui aurait dû être attribuée à ses interlocuteurs palestiniens, puisqu’elle repose complètement sur leur opinion ».

Tout en reconnaissant les difficultés auxquelles sont souvent confrontés les reporters sur le terrain, particulièrement en zones de conflits, l’Ombudsman a conclu que les cinq reportages n’ont pas respecté l’une ou l’autre des valeurs d’exactitude, d’équilibre et d’impartialité des Normes et pratiques journalistiques de Radio-Canada :

« Les quatre reportages montés qui font l’objet de la plainte ne proposent que des points de vue palestiniens et aucune opinion divergente pertinente, qu’elle soit israélienne ou autre, n’a été offerte, et la journaliste n’a pas pu vérifier les données qu’on lui présentait comme des faits; elle n’a pas contesté non plus les arguments qu’on lui soumettait. À quelques occasions, elle a repris à son compte les prétentions des personnes qu’elle interviewait. Pour ces raisons, ces reportages présentent au moins une apparence de partialité…Il aurait fallu peu de chose pour que les reportages discutés ici soient conformes aux Normes et pratiques journalistiques: un texte plus précis, des commentaires plus prudents, des affirmations attribuées, quelques points de vue contraires portés par d’autres intervenants ou, à défaut, par la journaliste elle-même ».

L’Ombudsman a souhaité que, compte tenu de la portée de la révision, la direction de l’Information et sa journaliste aient une discussion de fond sur ses arguments et constats.

Il est à noter que les reportages de Mme Lamarche ont déjà fait l’objet de reproches de la part d’organisations telle que le CIJA il y a quelques mois, l’Ombudsman de Radio-Canada ayant à ce sujet déjà confirmé que deux reportages contrevenaient aux principes d’exactitudes et d’impartialite des normes journalistiques de Radio-Canada des reportages de Mme Lamarche au Moyen-Orient.

Notre organisation, HRC, apprécie les recommandations de M. Pierre Tourangeau, Ombudsman de Radio Canada. Nous espérons vivement que les recommandations de M. Pierre Tourangeau conduisent Radio Canada à examiner très sérieusement la manière dont sont menés actuellement les reportages sur Israël.

__________________________________________________________________________________

 

 

 
 
  
Bureau de Toronto: C.P. 6, Succursale Q, Toronto, Ontario M4T 2L7
Bureau de Montréal: 319-4148A Ste Catherine St. W.,
Westmount, Québec H3Z 0A2
Bureau:
(416) 915-9157 Courriel: info@honestreporting.ca Web: www.honestreporting.ca

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link