Home Media Action Alerts2021 La Presse’s Isabelle Hachey Spreads Falsehood that Israel Denied Palestinians the COVID Vaccine

La Presse’s Isabelle Hachey Spreads Falsehood that Israel Denied Palestinians the COVID Vaccine

by Mike Fegelman
Print Friendly, PDF & Email

La version française suit

There’s no foundation to Isabelle Hachey’s adopting the canard on January 14 in La Presse that Israel has denied Palestinians the COVID-19 vaccine.

What Ms. Hachey failed to acknowledge and to disclose to La Presse readers is that:

  1. Israel isn’t required to provide vaccines to Palestinians who, according to the Oslo Accords, the Palestinian Authority provides healthcare to its own citizens.
  2. The Palestinian Ministry of Health has refused to coordinate purchasing and distribution of the vaccine with Israel, saying that “We have our own government and Ministry of Health, and they are making huge efforts to get the vaccine.” The PA instead is procuring 4 million doses of the vaccine from Russia.
  3. Israel has distributed, per the PA’s request, dozens of vaccine doses to the PA for “humanitarian cases”.
  4. Despite being at an official state of war with the Hamas terror group, Israel regularly facilitates access for tens of thousands of Palestinian Gazans to be treated in Israeli hospitals. Last year in fact, Israeli doctors held a COVID-19 training course for 20 medical workers from the Gaza Strip. Nickolay Mladenov, the UN Special Coordinator for the Middle East Peace Process, praised these coordination efforts as “excellent.”
  5. Israel is vaccinating all of its citizens, Jews and Arabs alike, without discrimination. This includes so-called Palestinian residents of east Jerusalem. As well, Israeli citizens who reside in Judea and Samaria are being vaccinated by Israel.
  6. The Palestinian Authority should stop paying millions of dollars of terrorist salaries through the “pay for slay” program, along with clamping down on rampant corruption which enriches Palestinian leaders and work to supply vaccines faster to its people.

Finally, Ms. Hachey also conveniently overlooked that in addition to recently approving 800 housing units in Judea and Samaria, Israel also Ok’d hundreds of Palestinian structures in Area C of the west bank. Details matter!

That Ms. Hachey adopted the canard that Israel denied Palestinians the COVID-19 vaccine was highly objectionable.

On January 18, David Levy, Israel’s Consul General to Montreal and the Atlantic Provinces, wrote a sharp rebuke of Hachey’s commentary which we’ve reproduced in full below and that can be viewed on the La Presse website here.

Shamefully, La Presse published Isabelle Hachey’s response below Consul General Levy’s commentary, and it was replete with falsehoods in her claims that the Oslo Accords require Israel to administer health care for Palestinians. Amazingly, she cites the UN’s Special Rapporteur, Michael Lynk, to buttress her argument. (Lynk is an ardent anti-Israel detractor who has been accused of granting legitimacy to antisemites and authoring biased anti-Israel reports).

As well, La Presse not only spelled Consul General Levy’s name wrong (it has since been corrected) but presently they’re featuring an incorrect photo of a former Israeli politician, also named David Levy. Talk about journalistic standards!

This is a new low for La Presse and for Isabelle Hachey. To repeat, there’s no foundation to the claim that Israel denied Palestinians the COVID vaccine and per the Oslo Accords, the Palestinian Authority is responsible for administering health care for Palestinians. To communicate your concerns directly to La Presse, please send emails to Francois Cardinal, Assistant Editor and Vice-President of Information: fcardinal@lapresse.ca.


Israeli Consul General David Levy’s Reply: The vaccination of the Palestinian people (HRC Translation)

In response to Isabelle Hachey’s column, “Le Laboratoire israélien” [“The Isreali Laboratory”], published January 14

In the La Presse column of January 14, entitled “Le Laboratoire israélien” [“The Isreali Laboratory”], Isabelle Hachey accuses Israel of refusing the vaccine to the Palestinian people.

This false accusation is absurd considering that since the Oslo Accords in 1994, the Palestinian Authority has taken control of the entire Palestinian civic civil service, its education, its transport and, above all, of its health system.

In fact, the Oslo accords have been hailed by the international community as a step in the right direction for peace. It is regrettable, however, that the Palestinian Authority refuses to negotiate with the State of Israel and conclude negotiations with Israel for a peace agreement, as other Arab countries have done. It is unfortunate that the Palestinian Authority is corrupt and that the billions of dollars invested by the international community are wasted on violence and the promotion of terrorism by the Palestinian government against Israel. It is also unfortunate that Gaza is under the control of Hamas, a recognized Islamic and radical terrorist organization, which does not care about the well-being of its own people. Considering these facts, one cannot blame Israel for the mistakes of the Palestinians.

Regarding the health of the Palestinian people, when Israel is asked for help, we respond immediately by training Palestinian health professionals and ensuring the transportation of necessary equipment and medicine to Gaza without restrictions and, in severe cases, by accommodating Palestinians in Israeli hospitals.

As it turns out, regarding the COVID-19 vaccine, Israel negotiated with Moderna and Pfizer-BioNTech for the purchase of the vaccine, while the Palestinians negotiated with producers of other vaccines like Sputnik V of the Russia and Astrazeneca. We know that they will soon receive the first doses of the vaccine they have ordered.

Immunizing the Palestinian people is a top priority for Israel, as more than 150,000 Palestinians travel to Israel for work every day. It is evident that the COVID-19 pandemic in Israel will not be over until it is over in the Palestinian territories as well.

In conclusion, accusing Israel of failing to vaccinate the Palestinians when the medical system was handed over to the Palestinians over 25 years ago shows a lack of research on the matter, represents a double standard and stinks of hypocrisy.

This is a global fight. We are all in the same boat. Israel hopes that the data collected by the rapid vaccination campaign and shared with Pfizer will serve the whole world for the best, including our neighbors the Palestinians, and of course, Quebec.


Response from Isabelle Hachey

Mr. Levy, on the same day I published my column, two independent UN experts called on Israel to ensure equal access to vaccines for Palestinians.

“Morally and legally, this differential access to necessary health care amid the worst global health crisis of the century is unacceptable,” argued Michael Lynk, Special Rapporteur on the situation of human rights in the occupied Palestinian territories and, Tlaleng Mofokeng, Special Rapporteur on the Right to Health.

According to them, 4.5 million Palestinians will remain exposed to the coronavirus for several weeks “while Israeli citizens living nearby and among them, including Israeli settlers, will be vaccinated.”

As the occupying power, Israel is required, under the Fourth Geneva Convention, to “maintain health services in the occupied territory, to the fullest extent of the means at its disposal,” the two experts recalled.

The Oslo accords, they reiterate, must be interpreted and applied in accordance with international law. “The ultimate responsibility for the health services remains with the occupying power until the occupation has completely and definitively ended.”

– Isabelle Hachey


Il n’y a aucun fondement à ce qu’Isabelle Hachey ait utilisé un ragot mensonger le 14 janvier dans La Presse prétendant qu’Israël a refusé aux Palestiniens le vaccin contre la COVID-19.

Ce que Mme Hachey a omis de reconnaître et de divulguer aux lecteurs de La Presse, c’est que:

  1. Israël n’est pas tenu de fournir des vaccins aux Palestiniens qui, selon les accords d’Oslo, l’autorité palestinienne fournit des soins de santé à ses propres citoyens.
  2. Le ministère palestinien de la Santé a refusé de coordonner l’achat et la distribution du vaccin avec Israël, affirmant : « Nous avons notre propre gouvernement et notre propre ministère de la Santé, et ils font d’énormes efforts pour obtenir le vaccin. » L’Autorité palestinienne achète à la place 4 millions de doses du vaccin de la Russie.
  3. Israël a distribué, à la demande de l’Autorité palestinienne, des dizaines de doses de vaccin à l’Autorité palestinienne pour les « cas humanitaires ».
  4. Bien qu’il soit en état de guerre officiel avec le groupe terroriste du Hamas, Israël facilite régulièrement l’accès de dizaines de milliers de Palestiniens de Gaza à être soignés dans les hôpitaux israéliens. L’année dernière en fait, des médecins israéliens ont organisé un cours de formation sur le COVID-19 pour 20 travailleurs médicaux de la bande de Gaza. Nickolay Mladenov, le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, a salué ces efforts de coordination comme «excellents».
  5. Israël fait vacciner tous ses citoyens, juifs et arabes, sans discrimination. Cela inclut les soi-disant résidents palestiniens de Jérusalem-Est. De plus, les citoyens israéliens qui résident en Judée et en Samarie sont vaccinés par Israël.
  6. L’Autorité palestinienne devrait cesser de payer des millions de dollars de salaires terroristes par le biais du programme « payer pour tuer », tout en réprimant la corruption endémique qui enrichit les dirigeants palestiniens et s’efforce de fournir des vaccins plus rapidement à sa population.

Enfin, Mme Hachey a également oublié qu’en plus d’approuver récemment 800 logements en Judée et en Samarie, Israël a également autorisé des centaines de structures palestiniennes dans la zone C de la Cisjordanie. Les détails comptent!

Que Mme Hachey ait utilisé un ragot mensonger selon lequel Israël a refusé aux Palestiniens le vaccin COVID-19 est hautement répréhensible.

Honteusement, La Presse a publié, sous le commentaire du consul général Levy, la réponse d’Isabelle Hachey qui était remplie de mensonges dans ses affirmations selon lesquelles les accords d’Oslo obligent Israël à administrer les soins de santé aux Palestiniens. Étonnamment, elle cite le Rapporteur spécial de l’ONU, Michael Lynk, pour étayer son argumentation. (Lynk est un ardent détracteur anti-israélien qui a été accusé d’accorder une légitimité aux antisémites et d’avoir rédigé des rapports anti-israéliens biaisés).

De plus, La Presse a non seulement mal orthographié le nom du consul général Levy (il a depuis été corrigé) mais présente actuellement une photo incorrecte d’un ancien politicien israélien, également nommé David Levy. On repassera en ce qui concerne les normes journalistiques!

La Presse et Isabelle Hachey sont descendus plus bas que jamais. Je le répète, rien ne permet d’affirmer qu’Israël a refusé aux Palestiniens le vaccin COVID et, conformément aux accords d’Oslo, l’Autorité palestinienne est chargée d’administrer les soins de santé aux Palestiniens. Pour faire part de vos préoccupations directement à La Presse, veuillez envoyer un courriel à François Cardinal, rédacteur adjoint et vice-président à l’information: fcardinal@lapresse.ca.


Réplique: La vaccination du peuple palestinien

En réponse à la chronique d’Isabelle Hachey, « Le laboratoire israélien », publiée le 14 janvier

Dans la chronique de La Presse du 14 janvier dernier, intitulée « Le laboratoire israélien », Isabelle Hachey accuse Israël de refuser le vaccin au peuple palestinien.

Cette fausse accusation est absurde si l’on considère que depuis les accords d’Oslo en 1994, l’Autorité palestinienne a pris le contrôle de l’ensemble de la fonction publique civique palestinienne, de son éducation, de ses transports et, surtout, de son système de santé.

En fait, les accords d’Oslo ont été salués par la communauté internationale comme étant un pas dans la bonne direction pour la paix. Il est cependant regrettable que l’Autorité palestinienne refuse de négocier avec l’État d’Israel et de conclure les négociations avec Israël pour un accord de paix, comme d’autres pays arabes l’ont fait. Il est regrettable que l’Autorité palestinienne soit corrompue et que les milliards de dollars investis par la communauté internationale soient gaspillés pour la violence et la promotion du terrorisme par le gouvernement palestinien, contre Israël. Il est également regrettable que Gaza soit sous le contrôle du Hamas, une organisation terroriste islamique et radicale reconnue, qui ne se soucie pas du bien-être de son propre peuple. Considérant ces faits, on ne peut pas blâmer Israël pour les erreurs des Palestiniens.

En ce qui concerne la santé du peuple palestinien, quand Israël est sollicité pour de l’aide, nous répondons immédiatement en formant des professionnels de la santé palestiniens et en assurant le transport de l’équipement et des médicaments nécessaires à Gaza, sans restrictions et, dans des cas graves, en accueillant les Palestiniens dans les hôpitaux israéliens.

Il se trouve qu’en ce qui concerne le vaccin contre la COVID-19, Israël a négocié avec Moderna et Pfizer-BioNTech pour l’achat du vaccin, tandis que les Palestiniens ont négocié avec les producteurs des autres vaccins comme Sputnik V de la Russie et Astrazeneca. Nous savons qu’ils recevront bientôt les premières doses du vaccin qu’ils se sont procurées.

La vaccination du peuple palestinien est une priorité absolue pour Israël, puisque plus de 150 000 Palestiniens se rendent chaque jour en Israël pour y travailler. Il est évident que la pandémie de COVID-19 en Israël ne sera pas terminée tant qu’elle ne sera pas également terminée dans les territoires palestiniens.

Pour conclure, accuser Israël de ne pas avoir vacciné les Palestiniens alors que le système médical a été transféré aux Palestiniens il y a plus de 25 ans montre un manque de recherche en la matière, représente un double standard et pue l’hypocrisie.

Il s’agit d’un combat mondial. Nous sommes tous dans le même bateau. Israël espère que les données recueillies par la campagne de vaccination rapide et partagées avec Pfizer serviront le monde entier pour le mieux, y compris nos voisins les Palestiniens, et évidement, le Québec.


Réponse d’Isabelle Hachey

Monsieur Levy, le jour même de la publication de ma chronique, deux experts indépendants de l’ONU ont appelé Israël à assurer l’égalité d’accès aux vaccins pour les Palestiniens.

« Moralement et légalement, cet accès différentiel aux soins de santé nécessaires au milieu de la pire crise sanitaire mondiale du siècle est inacceptable », ont fait valoir Michael Lynk, rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme dans les territoires palestiniens occupés et, Tlaleng Mofokeng, rapporteur spécial sur le droit à la santé.

Selon eux, 4,5 millions de Palestiniens resteront exposés au coronavirus pendant plusieurs semaines « tandis que les citoyens israéliens vivant à proximité et parmi eux, y compris des colons israéliens, seront vaccinés ».

En tant que puissance occupante, Israël est tenu, en vertu de la quatrième Convention de Genève, de « maintenir des services de santé dans le territoire occupé, dans toute la mesure des moyens dont il dispose », ont rappelé les deux experts.

Les accords d’Oslo, rappellent-ils encore, doivent être interprétés et appliqués conformément au droit international. « La responsabilité ultime des services de santé reste celle de la puissance occupante jusqu’à ce que l’occupation ait pris fin de manière complète et définitive. »

– Isabelle Hachey

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link