In Le Soleil, HRC Counters Columnist’s Portrayal Of Israel As An Increasingly Extremist Society & For Downplaying Palestinian Terrorism

March 25, 2023

Cliquez ici pour la version française.

In a recent commentary in the French language Quebec newspaper Le Soleil, columnist Jean-Simon Gagné criticized the new Israeli government under Prime Minister Benjamin Netanyahu and its policies. But in the course of his criticism, Gagné took a number of liberties with the truth, including misrepresenting a proposed bill presented by a coalition party.

Additionally, while glossing over the details of Palestinian terrorism, Gagné omitted critical details showing how Israeli society, unlike Palestinian society, speaks loudly and clearly against extremism in its midst.

In Le Soleil on March 24, HRC Executive Director Mike Fegelman was granted space to counter columnist Jean-Simon Gagné’s false portrayal of Israel being an increasingly extremist society and for his efforts in downplaying Palestinian terrorism.


HRC’s Op-Ed entitled: “Le Soleil Columnist Portrays Israel as an Increasingly Extremist Society, Downplays Palestinian Terrorism” was published in Le Soleil on Friday, March 24, 2023.

In a recent March 4 opinion column in the French language Quebec newspaper Le Soleil, writer Jean-Simon Gagné vociferously objected to the new Israeli coalition government, led by Prime Minister Benjamin Netanyahu.

Gagné is certainly entitled to oppose Netanyahu’s government and its policies. In fact, hundreds of thousands of Israelis have publicly protested in recent weeks against a proposed overhaul of the country’s judicial system.

Such is the beauty of Israel being a democratic state.

However, in his column entitled: “We Need to Talk About Israel,” Gagné made a number of factual errors regarding both Israeli politics and Israeli society, which is a reminder that while he is entitled to his own opinions, he’s not entitled to his own facts.

In one instance in an attempt to portray Israel’s supposed extremism, Gagné stated that one religious political party, Shas, attempted to “prohibit women from entering the Wailing Wall” until being stopped by Netanyahu.

Importantly, there was no ban on women proposed. The proposal sought to prohibit violations of religious law at one of Judaism’s holiest site, specifically related to a proposed penalty for immodestly dressed women at the Kotel (Wailing Wall). Regardless of whether many would find the true nature of the bill equally objectionable, Gagné’s description was dramatically incorrect.

Other comments of Gagné’s are more significant in how they misrepresent Israeli society, both by what he says, and what he fails to mention.

For example, he writes: “On February 26, after the murder of two Jewish settlers in the Palestinian town of Huwara, violence broke out. In retaliation, a crowd of settlers ransacked the town. One dead. 350 injured. Thirty houses and a hundred cars burned.”

Since Gagné fails to mention exactly who murdered “two Jewish settlers” and under what circumstances, it is critical to point out that they were two boys, aged 19 and 21, and they were shot to death by a Palestinian terrorist while driving in their car.

Following the terrorist attack, it’s true that a group of Israelis shamefully attacked a Palestinian village, and in the ensuing melee, a Palestinian was killed and scores were injured.

Gagné describes what happened next, but missed some major details. He writes that “The next day, the reactions illustrated the fracture of Israeli society. On one side, an elected representative of the extreme right-wing party ‘Jewish Power’ celebrated the courage of the rioters. On the other, an Israeli general described the hallucinating scenes as a ‘pogrom.’”

Some of the important details omitted by Gagné draw a major contrast between Israel and the Palestinian Authority (PA). In recent terrorist attacks, including a January shooting of a Jerusalem synagogue which killed seven civilians, public celebrations were held in a number of Palestinian towns, where fireworks were displayed and candies were distributed.

Conversely, following the riot in Huwara, Israel arrested eight Israelis for their involvement. Both Netanyahu, Israel’s Prime Minister, as well as Isaac Herzog, Israel’s President, condemned the riot, and an Israeli grassroots crowdfunding campaign raised hundreds of thousands of dollars for the Palestinian village.

In some cases, Gagné does more than exaggerate; he also appears to pull facts out of thin air, such as when he writes that nearly “every day, social networks broadcast images of Israeli soldiers opening fire on Palestinian civilians.” There is no basis for such an outlandish statement that Israeli soldiers indiscriminately target innocent Palestinians.

In short, what followed the actions of a small number of Israeli extremists was a widespread outpouring of condemnation from Israelis, clearly demonstrating that despite Gagné’s description of Israeli society as one plagued with extremism, the reality is far more nuanced. In Israel, extremism is rare and is found on the fringes of society and is widely condemned, whereas in Palestinian society, it’s part of the mainstream, is ubiquitous and is celebrated.

While Gagné’s column posits that the “Palestinian territories are on the verge of an explosion,” it is clear that he identifies the Jewish State as the culprit for the ongoing tensions, arguing that Israel “tightened the repression in the West Bank,” but that Mahmoud Abbas, President of the Palestinian Authority, is a hapless victim, saying that he “does not control much.”

To have Gagné tell it, Abbas would surely clamp down on violence and terrorism if only Israel did not constrain him. This is patently absurd.

In Mahmoud Abbas’ Palestinian Authority, the families of Palestinian terrorists who attack Israelis receive pension payments in a “pay for slay” scheme, and Palestinians are widely incited to hate Jews and Israelis in official Palestinian mosques, school textbooks and media outlets.

Israel may not be perfect, including in its relations with the Palestinians, but to portray Israel as an extremist society hell-bent on conflict with the Palestinians, is to take very significant liberties with the truth.

Mike Fegelman is Executive Director of HonestReporting Canada, a non-profit organization ensuring fair and accurate Canadian media coverage of Israel. www.HonestReporting.ca


Dans un récent commentaire du journal québécois francophone Le Soleil, le chroniqueur Jean-Simon Gagné a critiqué le nouveau gouvernement israélien dirigé par le premier ministre Benjamin Netanyahou et ses politiques. Mais au cours de ses critiques, Gagné a pris un certain nombre de libertés avec la vérité, notamment en déformant un projet de loi présenté par un parti de la coalition.

De plus, tout en passant sous silence les détails du terrorisme palestinien, Gagné a omis des détails critiques montrant comment la société israélienne, contrairement à la société palestinienne, parle haut et fort contre l’extrémisme en son sein.

Dans Le Soleil du 24 mars, Mike Fegelman, directeur exécutif du HRC, a été invité à prendre la parole pour réfuter les propos erronés du chroniqueur Jean-Simon Gagné, qui présente Israël comme une société de plus en plus extrémiste, et pour souligner les efforts qu’il déploie pour minimiser le terrorisme palestinien.


L’éditorial du CDH intitulé: “Un chroniqueur du journal Le Soleil dépeint Israël comme une société de plus en plus extrémiste et minimise le terrorisme palestinien” a été publié dans Le Soleil le vendredi 24 mars 2023.

L’éditorial du CDH intitulé : « Un chroniqueur du Soleil dépeint Israël comme une société de plus en plus extrémiste, minimise le terrorisme palestinien » a été publié dans The Hill Times le vendredi 24 mars 2023.

Dans une récente chronique d’opinion du 4 mars dans le journal québécois francophone Le Soleil, l’écrivain Jean-Simon Gagné s’est opposé avec véhémence au nouveau gouvernement de coalition israélien, dirigé par le premier ministre Benjamin Netanyahou.

Gagné a certainement le droit de s’opposer au gouvernement de Netanyahou et à sa politique. En fait, des centaines de milliers d’Israéliens ont publiquement protesté ces dernières semaines contre un projet de refonte du système judiciaire du pays.

Telle est la beauté d’Israël en tant qu’État démocratique.

Cependant, dans sa chronique intitulée : « Il faut qu’on parle d’Israël », Gagné a fait un certain nombre d’erreurs factuelles concernant à la fois la politique israélienne et la société israélienne, ce qui rappelle que s’il a droit à ses propres opinions, il n’a pas droit à ses propres faits.

Dans un cas, dans une tentative de dépeindre l’extrémisme supposé d’Israël, Gagné a déclaré qu’un parti politique religieux, le Shas, avait tenté « d’interdire aux femmes l’accès au mur des Lamentations » jusqu’à ce que le projet de loi soit arrêté par Netanyahou.

Il est important de noter qu’il n’y avait aucune interdiction des femmes proposée dans le projet de loi. La proposition visait à interdire les violations de la loi religieuse sur l’un des sites les plus sacrés du judaïsme, spécifiquement liée à une proposition de peine pour les femmes vêtues de façon impudique au Kotel (mur des Lamentations). Indépendamment du fait que beaucoup trouveraient la vraie nature du projet de loi tout aussi répréhensible, la description de Gagné était dramatiquement incorrecte.

D’autres commentaires de Gagné sont plus significatifs dans la façon dont ils déforment la société israélienne, à la fois par ce qu’il dit et par ce qu’il omet de mentionner.

Par exemple, il écrit : « Le 26 février, après l’assassinat de deux colons juifs dans la ville palestinienne de Huwara, la violence se déchaine. En représailles, une foule de colons met la ville à sac. Un mort. 350 blessés. Trente maisons et une centaine de voitures incendiées. »

Puisque Gagné omet de mentionner exactement qui a assassiné « deux colons juifs » et dans quelles circonstances, il est essentiel de souligner qu’il s’agissait de deux garçons, âgés de 19 et 21 ans, et qu’ils ont été abattus par un terroriste palestinien alors qu’ils conduisaient leur voiture.

Après l’attaque terroriste, il est vrai qu’un groupe d’Israéliens a honteusement attaqué un village palestinien, et dans la mêlée qui a suivi, un Palestinien a été tué et des dizaines ont été blessés.

Gagné décrit ce qui s’est passé ensuite, mais a omis certains détails majeurs. Il écrit que « [l]e lendemain, les réactions illustrent la fracture de la société israélienne. D’un côté, un élu du parti d’extrême droite ‘Pouvoir juif’ célèbre le courage des émeutiers. De l’autre, un général israélien décrit les scènes hallucinantes comme un ‘pogrom’. »

Certains des détails importants omis par Gagné dessinent un contraste majeur entre Israël et l’Autorité Palestinienne (AP). Lors de récents attentats terroristes, dont une fusillade en janvier dans une synagogue de Jérusalem qui a tué sept civils, des célébrations publiques ont eu lieu dans un certain nombre de villes palestiniennes, au cours desquelles des feux d’artifice ont été tirés et des bonbons ont été distribués.À l’inverse, à la suite de l’émeute de Huwara, Israël a arrêté huit Israéliens pour leur implication. Netanyahou, le Premier ministre israélien, ainsi qu’Isaac Herzog, le président israélien, ont condamné l’émeute, et une campagne de financement participatif israélien a permis de récolter des centaines de milliers de dollars pour le village palestinien.

Dans certains cas, Gagné fait plus qu’exagérer; il semble également tirer des faits de nulle part, comme lorsqu’il écrit que « [t]ous les jours ou presque, les réseaux sociaux diffusent des images montrant des soldats israéliens ouvrant le feu sur des civils palestiniens. » Il n’y a aucune base pour une déclaration aussi farfelue que les soldats israéliens ciblent aveuglément des Palestiniens innocents.

En bref, ce qui a suivi les actions d’un petit nombre d’extrémistes israéliens a été une vague généralisée de condamnations de la part des Israéliens, démontrant clairement que malgré la description de Gagné de la société israélienne comme une société en proie à l’extrémisme, la réalité est beaucoup plus nuancée. En Israël, l’extrémisme est rare et se trouve en marge de la société et est largement condamné, alors que dans la société palestinienne, il fait partie du courant dominant, est omniprésent et célébré.

Alors que la chronique de Gagné postule que « les territoires palestiniens se trouvent au bord de l’explosion », il est clair qu’il identifie l’État juif comme le coupable des tensions en cours, arguant qu’Israël « a durcit la répression en Cisjordanie », mais que Mahmoud Abbas, président de l’Autorité palestinienne, est une malheureuse victime, affirmant qu’il « ne contrôle pas grand-chose ».

Pour que Gagné le dise, Abbas réprimerait sûrement la violence et le terrorisme si seulement Israël ne le contraignait pas. C’est manifestement absurde.

Dans l’Autorité Palestinienne de Mahmoud Abbas, les familles des terroristes palestiniens qui attaquent les Israéliens reçoivent des pensions dans le cadre d’un système de « payer pour tuer », et les Palestiniens sont largement incités à haïr les Juifs et les Israéliens dans les mosquées officielles palestiniennes, les manuels scolaires et les médias.

Israël n’est peut-être pas parfait, y compris dans ses relations avec les Palestiniens, mais dépeindre Israël comme une société extrémiste déterminée à entrer en conflit avec les Palestiniens, c’est prendre des libertés très importantes avec la vérité.

Mike Fegelman est directeur exécutif de HonestReporting Canada, une organisation à but non lucratif assurant une couverture médiatique canadienne juste et précise d’Israël. www.HonestReporting.ca

Comments

You may also like

Send this to a friend