Home Media Action Alerts2023 In La Presse Column, Former Canadian Ambassador To Egypt Falsely Claims Israel Never Pursued Peace With Palestinians

In La Presse Column, Former Canadian Ambassador To Egypt Falsely Claims Israel Never Pursued Peace With Palestinians

by Mike Fegelman

Cliquez ici pour la version française / Click here for the french version

After weeks of negotiations, Israel finally has a new government.

Following the November 1 vote in Israel, negotiations concluded between political parties and Benjamin Netanyahu has returned as Prime Minister after securing a coalition government.

While the new government under Netanyahu features a number of new government ministers from right-of-centre political parties, and it has also been described by some commentators as “the most right-wing and religiously conservative government in Israel’s history,” this new Netanyahu administration has also provided cover for some critics to make unsubstantiated claims against Israel under the guise of criticizing the new government.

In a December 31 commentary in La Presse entitled: “Netanyahu’s government in Israel: The worst gift for those who dream of peace,” Ferry de Kerckhove, Canada’s former ambassador to Egypt, now serving as a professor at the University of Ottawa and advisor to the Canadian Arab Institute, alleged that Prime Minister Netanyahu recently “announced a massive expansion of colonization.”

While de Kerckhove fails to provide any specifics to buttress his remarkable claim, he’s presumably referring to the new government’s stated priority to “advance and develop settlement in all parts of Israel — in the Galilee, the Negev Desert, the Golan Heights, and Judea and Samaria [West Bank].”

While accusing Israel of “colonization” is a popular claim du jour to make, repeating this contention doesn’t make it true.

Israel has full legal title, both to the lands within the Green Line (where Israel & Arab neighbors ceased fighting following Israel’s War of Independence in 1948-1949), as well as Judea and Samaria, often referred to by the media as the “West Bank.” Prior to Israel’s taking possession of these lands – home to three thousand years of Jewish history – in the 1967 Six Day War, no Palestinian nation-state had ever existed, let alone ever occupied the area and Israel captured these lands (which again it had pre-existing claims to) in another war of self-defense against pan-Arab armies seeking its destruction. Despite how Israel has been on an existential footing since its birth and how it faces daily terror attacks emanating from “West Bank” areas which in 2022 saw 31 Israelis murdered by Palestinian terrorists, de Kerckhove denied Israel’s security concerns by cavalierly claiming “… if Israel, the most powerful country of the region, had to fear for his safety…”

De Kerckhove’s ire is not reserved for the current Netanyahu government administration exclusively but aimed at all previous Israeli governments, particularly when he states that “The solution of ‘two independent states living side by side in peace’ is a myth shaped by the international community “because Israel ostensibly refuses to implement this policy. For a retired diplomat, this is extraordinarily binary, simplistic thinking.

As de Kerckhove is undoubtedly aware, Israel has previously made many painful concessions for peace, ranging from the 2000 Camp David negotiations, which he mentions in passing, where Israel offered the Palestinian Authority (PA) virtually everything they ever requested , only to have their offer rejected and a violent intifada (terrorist uprising) launched in response.

Only five years later, during the Israeli disengagement from Gaza, Israel’s then-leader, former prime minister Ariel Sharon, forcibly removed eight thousand Israeli civilians living in the Gaza Strip from their homes, some who had lived there for generations, giving the land to the Palestinians in an attempt at achieving peace. While de Kerckhove mentions Ariel Sharon in his column, only in the context of accusing him of ignoring war crimes, he strangely fails to mention this important event when Israel showed the Palestinians, and the world, what it was willing to do to achieve peace.

As with the 2000 offer from Israel, following the 2005 disengagement, the Hamas-rulers in Gaza used their expanded fiefdom as a staging ground to launch ongoing terror attacks against the Jewish State and its civilians.

In his tirade against Israeli governments, past and present, de Kerckhove also sees fit to falsely define Zionism, stating that “religious Zionism, both party and ideology, does not only question the two-state solution for Palestine but wants to literally push the Palestinians of the West Bank beyond the Jordan.”

While there are no doubt countless views in Israel on every aspect of government policy, Zionism is a movement with no particular statement on the Palestinians. Rather, Zionism is the Jewish People’s movement for self-determination, specifically in their historic homeland, a connection which de Kerckhove, by blithely referring to Israel’s “occupation of the West Bank,” all but erases.

In Israel, governments come and go, even more than in many other democracies, with the country seeing five elections in three years. But Israel’s right to exist, its legal claims to its land, and its ancient connection, are not dependent on the current composition of the coalition government, or which prime minister is currently serving.

As such, De Kerckhove is certainly entitled to make any fair criticisms he wishes of Israel’s new government, or indeed, of any past ones, but by parroting false accusations against Israel and challenging the legitimacy of the country’s history, he’s only serving to delegitimize himself as a reputable commentator on the Middle East.


Après des semaines de négociations, Israël a enfin un nouveau gouvernement.

Suite au vote du 1er novembre en Israël, les négociations se sont conclues entre les partis politiques et Benjamin Netanyahou est revenu au poste de Premier ministre après avoir obtenu un gouvernement de coalition.

Alors que le nouveau gouvernement sous Netanyahou comprend un certain nombre de nouveaux ministres du gouvernement issus de partis politiques de centre-droit, et qu’il a également été décrit par certains commentateurs comme « le gouvernement le plus à droite et le plus conservateur sur le plan religieux de l’histoire d’Israël », cette nouvelle administration a également fourni une couverture à certains critiques pour faire des allégations non fondées contre Israël sous prétexte de critiquer le nouveau gouvernement.

Dans un commentaire de La Presse du 31 décembre intitulé : « Gouvernement de Netanyahou en Israël : le pire cadeau pour ceux qui rêvent de paix », Ferry De Kerckhove, ancien ambassadeur du Canada en Égypte, actuellement professeur à l’Université d’Ottawa et conseiller auprès de l’Institut Canada-arabe, a allégué que le Premier ministre Netanyahou avait récemment « annoncé l’expansion massive de la colonisation. »

Bien que De Kerckhove ne fournisse aucun détail pour étayer sa remarquable affirmation, il fait vraisemblablement référence à la priorité déclarée du nouveau gouvernement de « faire avancer et développer la colonisation dans toutes les régions d’Israël – en Galilée, dans le désert du Néguev, sur les hauteurs du Golan et en Judée et Samarie [Cisjordanie]. »

Bien qu’accuser Israël de « colonisation » soit l’affirmation populaire du jour, la répéter ne la rend pas vraie.

Israël a un titre légal complet, à la fois sur les terres situées à l’intérieur de la Ligne verte (où Israël et ses voisins arabes ont cessé de se battre après la guerre d’indépendance d’Israël en 1948-1949), ainsi que sur la Judée et la Samarie, souvent désignées par les médias comme « la Cisjordanie. » Avant qu’Israël ne prenne possession de ces terres, qui abritent trois mille ans d’histoire juive, lors de la guerre des Six jours de 1967, aucun État-nation palestinien n’avait jamais existé, encore moins occupé la région. Israël a capturé ces terres (dont il avait, encore une fois, des revendications préexistantes) dans une autre guerre d’autodéfense contre les armées pan-arabes cherchant sa destruction. Malgré la façon dont Israël est sur une base existentielle depuis sa naissance et la façon dont il fait face à des attaques terroristes quotidiennes émanant des zones de « Cisjordanie » qui, en 2022, ont vu 31 Israéliens assassinés par des terroristes palestiniens, De Kerckhove a nié les préoccupations d’Israël en matière de sécurité en affirmant cavalièrement « … comme si Israël, pays le plus puissant de la région, avait à craindre pour sa sécurité… »

La colère de De Kerckhove n’est pas réservée exclusivement à l’administration actuelle du gouvernement Netanyahou, mais vise tous les gouvernements israéliens précédents, en particulier lorsqu’il déclare que « la solution de « deux États indépendants vivant côte à côte en paix » est un mythe façonné par la communauté internationale », car Israël refuse ostensiblement de mettre en œuvre cette politique. Pour un diplomate à la retraite, c’est une pensée extraordinairement binaire et simpliste.

Comme De Kerckhove le sait sans aucun doute, Israël a déjà fait de nombreuses concessions douloureuses pour la paix, allant des négociations de Camp David en 2000, qu’il mentionne en passant, où Israël a offert à l’Autorité palestinienne (AP) pratiquement tout ce qu’elle avait jamais demandé, seulement pour avoir leur offre rejetée et une violente intifada (soulèvement terroriste) lancée en réponse.

Seulement cinq ans plus tard, lors du désengagement israélien de Gaza, le dirigeant israélien de l’époque, l’ancien Premier ministre Ariel Sharon, a fait sortir de force de leurs maisons huit mille civils israéliens vivant dans la bande de Gaza, dont certains y vivaient depuis des générations, donnant la terre aux Palestiniens dans une tentative de paix. Alors que De Kerckhove mentionne Ariel Sharon dans sa chronique, uniquement dans le contexte de l’accuser d’ignorer les crimes de guerre, il omet étrangement de mentionner cet événement important où Israël a montré aux Palestiniens, et au monde, ce qu’il était prêt à faire pour parvenir à la paix.

Comme pour l’offre de 2000 d’Israël, après le désengagement de 2005, les dirigeants du Hamas à Gaza ont utilisé leur fief élargi comme terrain de préparation pour lancer des attaques terroristes toujours en cours contre l’État juif et ses civils.

Dans sa tirade contre les gouvernements israéliens, passés et présents, De Kerckhove juge également bon de définir faussement le sionisme, déclarant que « le sionisme religieux, à la fois parti et idéologie, ne remet pas seulement en cause la solution à deux États pour la Palestine, mais veut littéralement rejeter les Palestiniens de Cisjordanie au-delà du Jourdain. »

Bien qu’il y ait sans aucun doute d’innombrables points de vue en Israël sur tous les aspects de la politique gouvernementale, le sionisme est un mouvement sans déclaration particulière sur les Palestiniens. Au contraire, le sionisme est le mouvement du peuple juif pour l’autodétermination, en particulier dans sa patrie historique, un lien que De Kerckhove, en se référant allègrement à « l’occupation de la Cisjordanie » par Israël, efface pratiquement.

En Israël, les gouvernements vont et viennent, encore plus que dans de nombreuses autres démocraties, le pays ayant connu cinq élections en trois ans. Mais le droit d’Israël à exister, ses revendications légales sur sa terre et son lien ancien ne dépendent pas de la composition actuelle du gouvernement de coalition, ni du Premier ministre actuellement en fonction.

En tant que tel, De Kerckhove est certainement en droit de faire toutes les critiques justes qu’il souhaite du nouveau gouvernement d’Israël, ou même de tous les anciens, mais en répétant de fausses accusations contre Israël et en contestant la légitimité de l’histoire du pays, il ne sert qu’à se délégitimer en tant que commentateur réputé sur le Moyen-Orient.

 

 

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link