Home Media Action Alerts2013 In a La Presse Commentary, HRC Sets the Record Straight on the Begin-Prawer Plan

In a La Presse Commentary, HRC Sets the Record Straight on the Begin-Prawer Plan

by Michelle Whiteman

French version follows English:

A narrative of “confiscation” and “forced exile” characterized a November 30 article in La Presse on the cancellation of Israel’s Bedouin settlement  proposal. Unfortunately, while it excelled in rhetoric, this article failed to adequately convey the objectives of the Begin Prawer plan.

HRC contacted La Presse with a request to set the record straight and publish an accurate account of the Begin-Prawer plan. The editor at La Presse forwarded our concerns to journalist Leslie Rezzoug. Following our rebuttal of the journalist’s response, the editor at La Presse commendably agreed to publish our rebuttal on December 27, which appears below (translated from French):

The news article on the cancellation of the Begin Prawer plan which was published in Saturday’s edition of La Presse claimed that the plan was an attempt by the Israeli government to “confiscate ” Bedouin land. The article further asserted that the objective was to “encourage the Jewish population across the country to settle there.”

These claims are incorrect. The goal of the Prawer-Begin plan, as set out in the proposed bill, was to improve the economic, social and living conditions of the Bedouin, as well as resolve long-standing land issues.

For years, the state tried to create infrastructure to adequately service a significant portion of the Bedouin population of the Negev. This proved difficult due to the scattered building of Bedouin homes on public land across the vast expanse of the Negev, a region which covers half of Israel’s land mass. Rather than encouraging Jewish settlement in the Negev (which is the inherent right of any Israeli citizen, whether Jewish or not), the plan sought instead to improve the lives of the Bedouin
population that were not integrated by formally recognizing and registering the vast majority of these illegal Bedouin settlements, in addition to building new settlements for the Bedouin and providing services that any citizen would expect.  The plan thus called for the allocation of about $ 2.2 billion for economic and social development projects to address the critical shortage of clinics, schools, and other basic infrastructure serving them. It was one of the largest infrastructure projects ever undertaken by the Israeli government.

According to the plan, 30,000 Bedouin would be required to relocate, with full compensation as well as with the option of joining rural, agricultural, communal, suburban or urban communities. Half of those relocating are squatting on the main hazardous toxic waste zone, Romat Hovav. Indeed, because of the health hazard, many petitioned the Israeli government to relocate.

Did the plan appropriately respond to the needs of Israels fastest growing population? Was it too generous, or not generous enough, as critics on both sides attested. These concerns merit an informed debate. Though some claim that the plan may not have been “100% perfect”, as Bedouin leader Abel asserted, it remains that the objective of the Prawer plan was to lift the the Bedouin out of poverty and offer this distinguished community better opportunities and modern amenities.

Michelle Whiteman
Quebec Regional Director
HonestReporting Canada


Dans un commentaire de La Presse, HRC rétablit les faits au sujet du plan Begin-Prawer

L’article du 30 novembre dernier de La Presse faisait état de “confiscation” et d'”exil forcé” pour présenter l’annulation du plan de développement économique pour les Bédouins d’Israël. S’il excellait dans la rhétorique, cet article ne présentait malheureusement pas de manière adéquate les objectifs du plan Begin Prawer.

HRC a contacté La Presse afin de pouvoir rétablir les faits et publier un compte rendu précis du plan Begin-Prawer. Le rédacteur en chef de La Presse a transmis nos préoccupations au journaliste, Leslie Rezzoug. Suite à notre réfutation de la réponse de la journaliste, le rédacteur en chef de La Presse a aimablement accepté de publier notre reponse qui apparait ci-dessous.

L’article relatif à l’annulation du plan Begin Prawer (« Les Bédouins d’Israël ont gain de cause », La Presse, 14 décembre) affirme que ce plan était une tentative du gouvernement israélien visant à « confisquer » des terres bédouines. L’article soutient également que l’objectif du plan était « d’encourager la population juive du pays à s’y installer. »

Ces prétentions sont fausses. Comme cela était indiqué dans le projet de loi, l’objectif du plan Prawer était « d’améliorer les conditions économiques, sociales et les conditions de vie des Bédouins, ainsi que de résoudre d’anciens litiges fonciers ».

Pendant des années, l’État d’Israël a essayé de créer des infrastructures permettant de desservir correctement une partie importante de la population bédouine du Néguev. Cela s’est avéré difficile en raison de la construction de maisons bédouines dispersées sur des terres publiques dans toute la vaste région du Néguev, une région qui couvre plus de la moitié de la superficie d’Israël.

Plutôt que d’encourager la colonisation juive dans le Néguev (un droit inhérent pour tout citoyen israélien, qu’il soit juif ou non juif), le plan souhaitait plutôt améliorer la vie de la population bédouine non intégrée, en la reconnaissant officiellement, en procédant à l’enregistrement de la grande majorité de colonies bédouines illégales, en prévoyant de construire de nouvelles colonies bédouines et de fournir les services que tout citoyen est en droit d’attendre. Le plan prévoyait l’allocation d’environ 2,2 milliards de dollars pour des projets de développement économique et social afin de faire face à la pénurie de cliniques, d’écoles et des autres infrastructures de base au service de cette population. C’était l’un des plus grands projets d’infrastructure jamais entrepris par le gouvernement israélien.

D’après le plan, 30 000 Bédouins auraient à se déplacer (avec pleine indemnisation) en ayant la possibilité de rejoindre des communautés rurales, agricoles, communales, urbaines ou suburbaines. La moitié des personnes concernées par la relocalisation vit dans une dangereuse zone de traitement des déchets toxiques, à Romat Hovav. En raison des risques pour leur santé, beaucoup d’entre eux ont adressé une pétition au gouvernement israélien afin de pouvoir déménager.

Le plan répondait-il de manière appropriée aux besoins des Bédouins ? Était-il trop généreux, ou pas assez généreux ? Ces préoccupations méritent un débat éclairé. Bien que le plan peut ne pas avoir été « à 100 % parfait », tel que l’a affirmé le chef bédouin Abed Tarabin, il reste que l’objectif du plan Prawer était de sortir les Bédouins de la pauvreté et d’offrir à cette communauté respectée de meilleures opportunités et des équipements modernes.

Michelle Whiteman
directrice régionale pour le Québec
Honest Reporting Canada

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link