Home Media Action Alerts2010 HRC réfute une diatribe du Maire Gendron dans le Journal de Montréal (14 juin 2010)

HRC réfute une diatribe du Maire Gendron dans le Journal de Montréal (14 juin 2010)

by Mike Fegelman
 HRC réfute une diatribe du Maire Gendron dans le Journal de Montréal
14 juin 2010
Cher abonné d’HonestReporting Canada,Lorsque Stéphane Gendron, maire d’Huntington et anti-israélien notoire, a lancé une attaque odieuse contre Israël en utilisant le « fiasco de la flottille » pour comparer la situation dans la bande de Gaza au ghetto de Varsovie, ses commentaires ont franchi la ligne rouge, de la libre expression au discours haineux.
 

La diatribe de Stéphane Gendron publiée dans l’édition du 1er Juin du Journal de Montréal a non seulement injustement calomnié l’État d’Israël, elle a également exploité l’Holocauste avec des comparaisons ignobles entre les nazis et l’État juif. En publiant la chronique de M. Gendron dans le plus grand quotidien francophone en Amérique, le Journal de Montréal a légitimé son point de vue infâme et il lui a fourni une plate-forme pour promouvoir sa vile propagande anti-israélienne auprès d’un large public.

HonestReporting Canada a négocié avec succès un espace de premier plan dans une édition ultérieure du Journal de Montréal afin de réfuter les affirmations scandaleuses de M. Gendron. La réplique d’HRC a été publiée le 10 Juin et elle peut être lue immédiatement ci-dessous ou en ligne en cliquant ici. Pour lire la version intégrale, veuillez faire défiler la bande déroulante jusqu’au bas de la page.

 

                             


                  
La comparaison odieuse entre Gaza et le ghetto de Varsovie

Stéphane Gendron a un long historique de déclarations ouvertement belliqueuses et injurieuses à l’égard de l’État d’Israël. Dans une entrevue avec Le Soleil en août 2006, il a décrit les Israéliens comme étant les nazis des temps modernes (« Les Israéliens, ce sont les nazis des temps modernes »). Plus tard, il a prétendu qu’il faisait seulement référence à l’actuel gouvernement d’Israël et qu’il n’était pas déraisonnable de comparer les nazis au gouvernement israélien. En dépit des condamnations à l’endroit de ses commentaires, il a refusé de se rétracter ou de s’excuser. À l’époque, l’organisme B’Nai Brith Canada décrivaitses déclarations comme étant intrinsèquement racistes et ses comparaisons « outrancières » et des « déformations grotesques de l’histoire ».

Peu de temps après l’opération israélienne « Plomb durci » qui visait à mettre un terme aux 10.000 roquettes tirées sur Israël par le Hamas pendant huit ans, M. Gendron, le maire de Huntington, publiait une lettre odieuse sur son blogue, adressée au Premier ministre Stephen Harper, qui accusait le « gouvernement sioniste d’Israël » de commettre un « génocide ».

Dans la foulée du récent arraisonnement israélien de la flottille en direction de Gaza, opération destinée à faire appliquer un blocus maritime de Gaza afin d’assurer que des armes meurtrières ne finissent pas dans les mains du régime terroriste du Hamas, M. Gendron s’est lancé dans la diabolisation et la délégitimation d’Israël dans une chronique qu’il a écrite et qui fut publiée le 1erjuin dans le Journal de Montréal.

La diatribe de M. Gendron a complètement passé sous silence les préoccupations légitimes de l’État d’Israël en matière de sécurité. Il a ignoré les événements antérieurs qui justifient le blocus mis en place par l’état hébreu, comme l’interception par Israël de plus de 50 tonnes d’armes de Russie et d’Iran en 2002 sur le cargo Karine-A de l’Autorité palestinienne ou, plus récemment, l’interception en novembre 2009 de « centaines de tonnes » d’armes iraniennes destinées au Hezbollah à quelques dizaines de milles au large des côtes d’Israël. Ne soyons pas complaisants face à cette menace.

Cherchant à tout prix à noircir l’image d’Israël, M. Gendron a faussement affirmé qu’Israël était un État « illégitime » qui commet des « massacres », des  « crimes de guerre contre l’Humanité» et qui pratique le « nettoyage ethnique » et « l’apartheid ». De manière tout à fait pernicieuse, à la fin de sa tirade, il demande au premier ministre Harper « quelle est la différence entre le ghetto de Varsovie et le camp de concentration de Gaza? ».

Bien sûr, répondre à chacune de ces accusations scandaleuses ne ferait que légitimer la diatribe de M. Gendron et donnerait du crédit au débat sans fondement qu’il essaie de provoquer. En raison de l’espace limité, je vais seulement répondre à sa tentative de comparer la situation dans la bande de Gaza à la souffrance des Juifs dans les camps de concentration pendant l’Holocauste et à leurs terribles épreuves dans le ghetto de Varsovie.

M. Gendron a utilisé l’analogie du ghetto de Varsovie pour monter de toutes pièces des propos diffamatoires selon lesquels les Juifs, qui étaient autrefois les victimes des nazis pendant l’Holocauste, sont maintenant les bourreaux responsables du « génocide » des Palestiniens. Il convient de noter que la comparaison des actions et des politiques israéliennes contemporaines à celles des nazis s’inscrit dans la définition de l’antisémitisme établie par l’Union européenne et par le Département d’État américain.

Les comparaisons « Gaza – Ghetto de Varsovie » de M. Gendron sont totalement ignobles et ne sont pas dignes de publication dans un journal respecté comme le Journal de Montréal. Comme Deborah Lipstadt, professeur d’études juives modernes et d’études sur l’Holocauste à l’université Emory, l’a noté : « la comparaison des juifs aux nazis démontre non seulement une ignorance crasse, elle témoigne d’un préjugé certain – l’antisémitisme – ce qui n’aidera jamais à résoudre la situation (conflit israélo-palestinien). Quoi que l’on pense de la politique israélienne, de la décrire comme étant apparentée à la politique nazie d’assassinat de tous les Juifs d’Europe est de s’engager dans l’antisémitisme et dans une forme de négation de l’Holocauste. »

Alors que les critiques constructives d’Israël sont certainement légitimes, les commentaires de M. Gendron ont franchi la ligne, de la libre expression au discours de haine. Les comparaisons « Gaza – Ghetto de Varsovie » de M. Gendron sont totalement ignobles et ne sont pas dignes de publication dans un journal respecté comme le Journal de Montréal. Les lecteurs du Journal de Montréal s’attendent à mieux et méritent de lire des opinions éclairées de commentateurs respectés et non pas de la propagande sans fondement d’un polémiste manipulateur. Si les médias canadiens veulent maintenir leur crédibilité, ils devront prendre leur distance par rapport à Stéphane Gendron.

                   

____________________________________________________________________________

Ce que VOUS pouvez faire MAINTENANT

HonestReporting Canada – la seule organisation exclusivement dédiée à assurer une couverture médiatique juste et exacte d’Israël dans les médias canadiens a besoin de votre soutien. Comme vous pouvez le constater par vous-même, nos efforts font une différence. Grâce à vos dons, vous pouvez vous assurer que les journalistes canadiens seront tenus aux plus hauts standards de «reportages honnêtes».

Veuillez soutenir notre travail vital en faisant un don aujourd’hui.

Cliquez ici pour voir cet article en ligne et pour discuter sur « Headlines and Deadlines »

                                                 


 

Bureau de Toronto: C.P. 6, Succursale Q, Toronto, Ontario M4T 2L7
Bureau de Montréal:
C.P. 42508, Succursale Snowdon, Montréal, Québec H3W 3H7
Bureau:
(416) 915-9157 Courriel: info@honestreporting.ca Web: www.honestreporting.ca

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link