Home Media Action Alerts2014 Hey, La Presse, Let’s Have That Conversation About Apartheid

Hey, La Presse, Let’s Have That Conversation About Apartheid

by Michelle Whiteman

In the Montreal daily La Presse, Israel critic Agnes Gruda attempts unsuccessfully to compare Israel to an apartheid state. Following La Presse’s refusal to allow us to set the record straight, HRC took to the pages of Huff Post to correct Ms. Gruda’s incorrect assertions about “separate roads, “voting rights, and the definition of apartheid.

French follows English…

Brandishing slogans of “One Jew, One Bullet”, anti-Israel activists first popularized the “Israel apartheid” myth at the 2001 U.N. World Conference Against Racism held in Durban, South Africa, in a concerted campaign to delegitimize the Jewish state. Using the model of international isolation of apartheid South Africa, the ‘apartheid’ slander promised to rally through rhetoric what it could not achieve through substance. The appalling discrimination at the conference prompted South Africa’s Deputy Foreign Minister Aziz Pahad to issue a statement lamenting the “disgraceful events” and the “hijacking and use by some with an anti-Israel agenda to turn it into an anti-Semitic event.” As human rights lawyer Irwin Cotler remarked, the conference– which was supposed to end racism– was itself an exercise in racism. Ten western countries subsequently boycotted Durban II.

Unfortunately, echoes of the disgraceful Durban conference still ripple today in some quarters where the term apartheid is invoked to delegitimize Israel. While most mainstream media outlets generally avoid parroting the slanderous analogy between Israel and apartheid, and issue corrections where prompted, there are exceptions.  Our request to set the record straight concerning La Presse columnist Agnes Gruda’s recent inflammatory comparison of Israel to apartheid was turned down by the editors at La Presse. So much for accuracy and fairness.

The term apartheid is defined exclusively in the context of racial discrimination and requires intent to discriminate on the basis of race (Rome statute). There is no “general sense” to the term, as Ms. Gruda claims. In the context of apartheid, a policy or law is either based on racist intent or it is not. If it is not, then alleging that Israel is an apartheid state is injurious and slanderous.

The latter sums up Ms. Gruda’s article, which wrongly claims that “Jewish West Bank settlers use separate roads”. The message of apartheid is clear, but incorrect. Of the hundreds, if not thousands, of West Bank roads and highways travelled together by Jews and Palestinians alike, a handful are restricted for the safety of drivers travelling through the West Bank with Israeli license plates.  Had Ms. Gruda provided context, she would have informed her readers that some roads in the West Bank are highly dangerous for Israelis whose vehicles are targeted by West Bank terrorists. During the second intifada, thousands of Israelis were killed in terror attacks, and terror attacks continue. In April, an Israeli man driving through the West Bank was shot to death by terrorists targeting cars with Israeli plates.

These roads, relatively few in number, are not restricted exclusively to Jews, as Gruda implies, but include all religions and ethnicities– Israeli Arabs, Bahai, Christian, Druze, Circassian and all whose cars bear Israeli license plates. In other words, there is no religious or racial segregation.

Ms. Gruda also declares that Israel practices “apartheid” since West Bank Palestinians do not have voting rights in Israel.  According to this logic, Puerto Rico must therefore also be an apartheid state, as its residents do not vote in US elections.

West Bank Palestinians do not vote in Israel because they are not Israeli citizens, not because of discrimination. Israel, to recall, never annexed the West Bank following the 1967 war, in anticipation of exchanging land for peace. Yet, as in the case of Puerto Rico, there are many countries which have indeed annexed territory but have not accorded full voting rights to their residents. These countries are not tarred with the apartheid slander. This is because, like Israel, the criteria is nationality, not territory, and it has nothing to do with apartheid.

With a free press, free elections, religious freedom, full rights for women and minorities, the rule of law and an independent judiciary, Israel is a vibrant and progressive democracy whose Arab minority not only enjoys the same rights as all other Israeli citizens, they occupy positions  at the pinnacle of Israeli society. In the words of Israeli Arab Supreme Court justice Salim Joubran, “Israel is a place where diversity rules”. This is why Richard Goldstone Richard Goldstone, former justice of the South African Constitutional Court and head of the UN fact-finding mission on the Gaza conflict in concluded: “In Israel there is no apartheid. Nothing there comes close to the definition of apartheid”. Indeed, unlike many Western countries, Israel does not have a legacy of apartheid or slavery. Quite the opposite. In daring military operations, the Israel government rescued almost the entire Ethiopian Jewish community, bringing them to Israel where for the first time they could enjoy freedom and equal rights.

While there are no segregated roads in Israel, there are indeed segregated roads in other Middle East countries– such as Muslim-only roads in Saudi Arabia. The existence of these roads do not appear, however, to interest Israel’s detractors. In Saudi Arabia, gender apartheid is enacted into law and women must obtain permission from their male guardians to work, travel, study, marry. In fact, state-sanctioned discrimination is practiced in almost every Middle Eastern country outside Israel such as Jordan where Palestinians are forbidden from practicing certain professions. In Gaza, Hamas overtly discriminates against women, Christians and homosexuals and goes beyond apartheid by calling for a genocide of Jews. Which brings us to Iran, whose regime calls for the annihilation of Israel and where homosexuals are hanged from cranes and other minorities are imprisoned and executed. In the West Bank, Palestinian President Mahmood Abbas has openly declared that a future Palestinian state will not tolerate the presence of Jews. In all Middle East countries, the Christian population has plummeted with one exception: Israel, where the Christian population has quadrupled.

Ultimately, the silence of Israel’s critics in the face of genuine apartheid is perhaps the most revealing evidence of the disingenuous campaign against the Jewish state. Too bad La Presse has joined in the effort.

Et si nous avions une vraie discussion au sujet de l’apartheid?

Alors que se tenait la Conférence mondiale des Nations Unies de 2001 contre le racisme à Durban en Afrique du Sud et où l’on a entendu le slogan « un Juif , une balle », une campagne fut lancée pour isoler Israël. Elle avait pour but de délégitimer Israël en utilisant le modèle réussi de l’isolement international du régime de l’apartheid en Afrique du Sud. Ce qu’on ne pouvait pas obtenir par la vérité, on essaierait de l’obtenir par la propagande. La discrimination effroyable qui s’exprima à Durban poussa le sous-ministre des Affaires étrangères de l’Afrique du Sud , Aziz Pahad, à émettre une déclaration dans laquelle il déplorait les «événements honteux » qui avaient eu lieu et le « détournement » de la conférence en « un événement antisémite ». Comme Irwin Cotler l’a remarqué, la conférence, qui devait mettre fin au racisme, était elle-même l’expression du racisme. Dix pays occidentaux ont boycotté Durban II.

Malheureusement , les échos honteux de la conférence de Durban se répercutent encore aujourd’hui dans certains milieux où le mot «apartheid» est utilisé pour délégitimer l’État juif . Alors que la plupart des grands médias évitent généralement de relayer l’analogie diffamatoire entre Israël et l’apartheid et permettent d’effectuer des corrections, il existe des exceptions. Notre demande de correction concernant la récente comparaison faite par la chroniqueuaw de La Presse Agnès Gruda entre Israël et l’apartheid a été rejetée par les rédacteurs de La Presse. Voilà ce qu’il en est des principes journalistiques d’exactitude et d’équité.

Le terme apartheid est défini exclusivement dans un contexte de discrimination raciale et implique une intention de discriminer sur la base de la race (Statuts de Rome). Le mot apartheid a une signification particulière. Il n’existe pas de « sens général» au terme «apartheid», ainsi que Mme Gruda le soutient. L’apartheid est soit une discrimination fondée sur la race ou ça ne l’est pas. Si ça ne l’est pas, il ne s’agit ni de racisme ni d’apartheid et l’utilisation du terme est donc inflammatoire et diffamatoire.

Cela résume l’article de Mme Gruda qui affirme à tort que «les colons juifs de Cisjordanie, eux, circulent sur des routes séparées». Le message de l’apartheid est clair, mais faux. Parmi les milliers de kilomètres de routes et d’autoroutes de Cisjordanie empruntées à la fois par les Juifs et par les Palestiniens, une poignée de routes sont considérées comme étant trop dangereuses pour les Israéliens. Ces routes sont situées dans des zones qui ont été la cible d’attaques sanglantes par des cellules terroristes palestiniennes de Cisjordanie, qui visent les véhicules avec des plaques israéliennes. En effet, au cours de la deuxième intifada, des milliers d’Israéliens ont été tués dans des attaques terroristes, et les problèmes demeurant encore aujourd’hui. C’est ainsi qu’en avril, un Israelien a été tué lorsque des terroristes palestiniens ont ouvert le feu sur des véhicules israéliens en Cisjordanie.

Ce petit nombre de routes n’est pas exclusivement réservé aux juifs, comme Mme Gruda le prétend, mais a toutes les religions et ethnies – les arabes israéliens, Bahai, chrétiens, druzes, circassiens et toutes autres qui circulent en voiture avec une plaque d’immatriculation israélienne. Cela démontre assez clairement qu’il n’y a aucune ségrégation, ni religieuse ni raciale.

Pour Mme Gruda, Israël pratique « l’apartheid » parce que les Palestiniens de Cisjordanie n’ont pas le droit de vote en Israël. Mme Gruda omet de mentionner que les Palestiniens de Cisjordanie ne sont pas citoyens israéliens. En prévision de l’échange de territoires contre la paix, Israël n’a jamais annexé la Cisjordanie.

De plus, de nombreux pays du monde qui ont annexé des territoires n’accordent pas de droit de vote à leurs résidents. Pourtant, ces pays ne sont pas accusés d’apartheid. Tel est par exemple le cas de Puerto Rico dont les habitants ne peuvent pas voter aux élections américaines. Le critère reconnu est celui de la nationalité (et non pas du territoire) et n’a rien avoir avec l’apartheid.

Avec une presse libre, des élections libres, la liberté religieuse, les droits complets pour les femmes et les minorités, la primauté du droit et un système judiciaire indépendant, Israël est une démocratie dynamique et progressive où les Arabes jouissent non seulement des mêmes droits que tous les autres citoyens israéliens mais occupent également des postes importants. Selon Salim Joubran, Israélien arabe et juge de la Cour suprême du pays, « Israël est un endroit ou règnent les règles de la diversité « . Richard Goldstone , ancien juge de la Cour constitutionnelle sud-africaine et chef de la mission d’enquête des Nations Unies sur la guerre de Gaza en 2008, a affirmé : « En Israël, il n’y a pas d’apartheid. Rien ne s’y approche de la définition de l’apartheid « . C’est ainsi que dans le cadre d’opérations militaires courageuses, le gouvernement israélien a sauvé presque la totalité de la communauté juive opprimée d’Éthiopie en les faisant venir en Israël où ils ont pu profiter pour la première fois de l’égalité et de la liberté.

Alors qu’Israël ne pratique pas la ségrégation ethnique ou religieuse ni dans son réseau routier ni autrement, il y existe effectivement des routes au Moyen-Orient qui sont ségréguées, par exemple en Arabie saoudite, ou certaines routes sont réservées seulement aux musulmans. Les Saoudiens pratiquent également l’apartheid fondé sur l’orientation sexuelle en emprisonnant et exécutant les homosexuels et lesbiennes. Des politiques discriminatoires sont également pratiquées en Jordanie où les Palestiniens n’ont pas le droit d’exercer certaines professions. À Gaza, le Hamas discrimine ouvertement les femmes, les homosexuels et les chrétiens et va bien au-delà de l’apartheid en affirmant officiellement son aspiration d’anéantir les Juifs à travers le monde. En Cisjordanie, le président palestinien Mahmoud Abbas a déclaré ouvertement qu’un futur État palestinien ne tolérera pas la présence de Juifs. En Iran, les homosexuels sont publiquement pendus a des grues. Dans pratiquement tous les pays du Moyen-Orient, la population chrétienne a chuté – à une exception près : en Israël, ou la population chrétienne a quadruplé.

En fin de compte, le silence face au véritable apartheid est peut-être la preuve la plus révélatrice de la malhonnêteté de la campagne qui est menée contre l’État d’Israël. Il est regrettable que La Presse se joigne a cet effort.

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link