Home Media Action Alerts2022 Colleyville Synagogue Terror Attack: A Painful Reminder That When Incitement Against Jews Continues, Violence Follows

Colleyville Synagogue Terror Attack: A Painful Reminder That When Incitement Against Jews Continues, Violence Follows

by Mike Fegelman

En français ci-dessous

Canadian Jews watched the news out of Texas thinking the same thing: It could have been my synagogue, my child’s Jewish school, my Jewish community centre.

It’s an everyday reality that for us to practice our religion in 2022, we must endure airport-level security and carry out regular threat assessments. When we enter our synagogue, we instinctively look for the closest exit and contemplate repurposing chairs into weapons. It’s why we require paid security, lockdown procedures, blast-proof window film, and in some places, police officers with automatic rifles.

This past Saturday morning on the Jewish Sabbath, 44-year-old terrorist Malik Faisal Akram, armed with a gun, entered Congregation Beth Israel in Colleyville, Texas, taking four people hostage, including the synagogue’s rabbi.

After a harrowing 11-hour ordeal, the hostages bravely escaped thanks to the security training they had previously received and the police subsequently stormed the synagogue, killing Akram. His motive? This was an incident of a terrorist taking hostages to free another terrorist, Aafia Siddiqui, an Al-Qaeda operative who was convicted for attempting to murder American soldiers and officials in Afghanistan. Why then, would a terrorist sympathizer target a synagogue demanding the freedom of an al-Qaeda terrorist? Because extremists like Akram believe that Jews control the world and government officials. He actually thought that the Jewish worshippers could call President Biden who would do their bidding by releasing Siddiqui. This is how dangerous antisemitic conspiracies are as they incite radicals to inflict violence against Jews.

Luckily, the hostages escaped unharmed. But this experience is an exception, not the rule.

In November 2018, 11 worshippers were killed when Robert Gregory Bowers entered a synagogue in Pittsburgh with four guns and opened fire indiscriminately on congregants. Five months later, a 19-year-old gunman shot and killed 60-year-old Lori Gilbert-Kaye at a synagogue near San Diego during Shabbat services.

Only a few months later, in December 2019, 37-year-old Grafton Thomas barged into the home of a rabbi outside New York City, brandishing a machete, and started stabbing guests at a Chanukkah party, murdering one person.

These are only a handful of recent attacks against Jews while at prayer in their synagogues – a holy place of worship.

Time and again, Jews are targeted with antisemitic hate and violence from a variety of sources, whether from the far-left or the far-right, from Islamist radicals, neo-Nazis and others. Invariably, after each attack, politicians and public figures express sympathy and solidarity with those affected and with the wider Jewish community. And while these statements are welcome, the most surefire way to prevent future attacks on Jews is not to condemn them after the fact, but to prevent them from happening in the first place by combating antisemitic propaganda.

According to statistics released last year by the FBI, Jews in the United States – who represent less than two percent of the country’s population – account for well over half of all hate crimes logged by the bureau. Put another way, American Jews are targeted for hate at a rate of more than 27 times proportional to their population. In Canada, Jews are also the single largest group targeted for religiously motivated hate crimes, according to Statistics Canada.

When hatred against Jews becomes normalized and ubiquitous, antisemitic attacks are far more likely.

This bring to mind how on November 27, Zahra Billoo, the executive director of the San Francisco branch of Council on American-Islamic Relations (CAIR) told attendees at the American Muslims for Palestine’s (AMP) Annual Convention for Palestine that “We need to pay attention to the Anti-Defamation League, we need to pay attention to the Jewish Federation, we need to pay attention to the Zionist synagogues, we need to pay attention to the Hillel chapters on our campuses.” She was calling attention to those who she regarded as the “enemies.

Although Billoo clearly did not make any statements related to physically attacking Jews, painting a picture of a nefarious Jewish presence could be construed as incitement against Jews as a collective. CAIR also held a rally in support of the release of Aafia Siddiqui on September 18. And then you have the attack at Colleyville’s Beth Israel on January 15. Coincidence or not?

In the wake of this attack, even the FBI and several mainstream media outlets didn’t originally identify it as an act of terrorism and a hate-motivated antisemitic attack. Make no mistake, the attacker didn’t walk into a Walmart, a church or a bank. On the Jewish people’s holy Sabbath, he walked into a Jewish religious service in a Jewish place of worship, to target Jewish people.

How then can we proactively combat antisemitism if people won’t even label it as such? If any other people were held at gunpoint in a place of worship, it would not be described as a localized hostage incident, it would be condemned as a hateful attack against all people of that religion and thought leaders – from politicians to celebrities – would rally in support of these victims. But not here, not now.

It’s time for that to change. It’s time to stand in solidarity with the Jewish people and proactively combat the world’s oldest hatred, antisemitism.


L’attaque terroriste de la synagogue de Colleyville nous rappelle que lorsque l’incitation contre les juifs continue, la violence suit

Les Juifs canadiens ont regardé les informations depuis le Texas en pensant la même chose : cela aurait pu être ma synagogue, l’école juive de mon enfant, mon centre communautaire juif.

C’est une réalité quotidienne que, pour que nous puissions pratiquer notre religion en 2022, nous devons endurer des procédures de sécurité digne des aéroports et constamment effectuer des évaluations de menaces potentielles. Lorsque nous entrons dans notre synagogue, nous cherchons instinctivement la sortie la plus proche et nous sommes prêts à transformer des chaises en armes. C’est pourquoi nous devons payer pour assurer notre sécurité, implanter des procédures de confinement, installer des fenêtres résistantes aux explosions et, à certains endroits, poster des policiers avec des fusils automatiques près de nos synagogues.

Samedi matin dernier, le jour du sabbat juif, le terroriste Malik Faisal Akram, âgé de 44 ans, armé d’une arme à feu, est entré dans la Congrégation Beth Israel à Colleyville, au Texas, prenant quatre personnes en otage, dont le rabbin de la synagogue.

Après une épreuve atroce de 11 heures, les otages se sont courageusement échappés grâce à la formation de sécurité qu’ils avaient reçue auparavant et la police a ensuite pris d’assaut la synagogue, tuant Akram. Son motif ? Il s’agissait de l’incident d’un terroriste prenant des otages pour libérer un autre terroriste, Aafia Siddiqui, un agent d’Al-Qaïda qui a été reconnu coupable d’avoir tenté d’assassiner des soldats et des responsables américains en Afghanistan. Pourquoi alors un sympathisant terroriste ciblerait-il une synagogue réclamant la liberté d’un terroriste d’al-Qaida ? Parce que les extrémistes comme Akram croient que les Juifs contrôlent le monde et les responsables gouvernementaux. Il pensait en fait que les fidèles juifs pouvaient appeler le président Biden qui ferait leur offre en libérant Siddiqui. C’est dire à quel point les conspirations antisémites sont dangereuses car elles incitent les radicaux à infliger des violences aux Juifs.

Heureusement, les otages s’en sont sortis indemnes. Mais cette expérience est une exception et non la règle.

En novembre 2018, 11 fidèles ont été tués lorsque Robert Gregory Bowers est entré dans une synagogue de Pittsburgh avec quatre fusils et a ouvert le feu sans discernement sur des fidèles. Cinq mois plus tard, un homme armé de 19 ans a abattu Lori Gilbert-Kaye, 60 ans, dans une synagogue près de San Diego pendant le service du Shabbat.

Quelques mois plus tard seulement, en décembre 2019, Grafton Thomas, 37 ans, a fait irruption dans la maison d’un rabbin à l’extérieur de New York, brandissant une machette, et a commencé à poignarder des invités à une célébration de l’Hanoukka, tuant une personne.

Il ne s’agit là que d’une poignée d’attaques récentes contre des Juifs alors qu’ils priaient dans leurs synagogues – un lieu de culte sacré.

À maintes reprises, les Juifs sont la cible de haine et de violence antisémites provenant de diverses sources, que ce soit de l’extrême gauche ou de l’extrême droite, des radicaux islamistes, des néonazis et autres. Invariablement, après chaque attaque, les politiciens et les personnalités publiques expriment leur sympathie et leur solidarité avec les personnes touchées et avec la communauté juive au sens large. Et bien que ces déclarations soient les bienvenues, le moyen le plus sûr d’empêcher de futures attaques contre les Juifs n’est pas de les condamner après coup, mais de les empêcher en premier lieu en combattant la propagande antisémite.

Selon les statistiques publiées l’année dernière par le FBI, les Juifs aux États-Unis – qui représentent moins de 2% de la population du pays – représentent bien plus de la moitié de tous les crimes haineux enregistrés par le bureau. Autrement dit, les Juifs américains sont ciblés par la haine à un taux plus de 27 fois proportionnel à leur population. Au Canada, les Juifs sont également le plus grand groupe ciblé pour les crimes haineux à motivation religieuse, selon Statistique Canada.

Lorsque la haine contre les juifs devient normalisée et omniprésente, les attaques antisémites sont bien plus probables.

Cela me rappelle comment, le 27 novembre dernier, Zahra Billoo, la directrice exécutive de la branche de San Francisco du Conseil des relations américano-islamiques (CAIR) a déclaré aux participants à la convention annuelle des musulmans américains pour la Palestine (AMP) que « nous devons faire attention à la Ligue anti-diffamation, nous devons faire attention à la Fédération juive, nous devons faire attention aux synagogues sionistes, nous devons faire attention aux chapitres Hillel sur nos campus ». Elle attirait l’attention sur ceux qu’elle considérait comme des « ennemis ».

Bien que Billoo n’ait clairement fait aucune déclaration concernant des attaques physiques contre des Juifs, le fait de brosser le tableau d’une présence juive infâme pourrait être interprété comme une incitation contre les Juifs en tant que groupe. Le CAIR a également organisé un rassemblement en faveur de la libération d’Aafia Siddiqui le 18 septembre dernier. Et puis vous avez l’attaque à Colleyville’s Beth Israel le 15 janvier. Coïncidence ou pas ?

À la suite de cette attaque, même le FBI et plusieurs grands médias ne l’ont pas identifiée à l’origine comme un acte de terrorisme et une attaque antisémite motivée par la haine. Ne vous méprenez pas, l’agresseur n’est pas entré dans un Walmart, une église ou une banque. Le jour du sabbat, jour sacré du peuple juif, il est entré dans un service religieux juif, dans un lieu de culte juif, pour cibler le peuple juif.

Comment pouvons-nous alors lutter de manière proactive contre l’antisémitisme si les gens ne le qualifient même pas comme tel ? Si d’autres personnes étaient détenues sous la menace d’une arme dans un lieu de culte, cela ne serait pas décrit comme une prise d’otage localisée, cela serait condamné comme une attaque haineuse contre toutes les personnes de cette religion et les leaders d’opinion – des politiciens aux célébrités – se rallieraient en soutien à ces victimes. Mais pas ici, pas maintenant.

Comment alors pouvons-nous combattre de manière proactive l’antisémitisme si les gens ne le qualifient même pas comme tel ? Si d’autres personnes étaient détenues sous la menace d’une arme dans un lieu de culte, cela ne serait pas décrit comme une prise d’otage localisée, mais serait plutôt condamné comme une attaque haineuse contre toutes les personnes de cette religion et les leaders d’opinion – des politiciens aux célébrités – se rassembleraient en soutien à ces victimes. Mais pas ici, pas maintenant.

Il est temps que cela change. Il est temps d’être solidaire avec le peuple juif et de combattre de manière proactive la haine la plus ancienne du monde, l’antisémitisme.

Comments

comments

You may also like

Leave a Comment

Help Fight Media Bias Against Israel!

Sign up for email alerts from HonestReporting Canada to receive vital resources that educate and empower you.
SUBSCRIBE
close-link